Sunday, February 25, 2024
Actualités & Flashback


L’Égypte, dix ans après 2/3

Le déclic populaire de l’hiver 2011 Le déclic populaire de l’hiver 2011 provoquera la plus grande panique au sein des…

By René Naba , in Egypte Flashbacks , at 17 juillet 2023

Le déclic populaire de l’hiver 2011

Le déclic populaire de l’hiver 2011 provoquera la plus grande panique au sein des classes dirigeantes arabes, une frayeur infiniment plus grande qu’une attaque conjuguée des forces de l’Otan, d’Israël et de l’Iran contre l’ensemble arabe.

La gérontocratie wahhabite, sans doute la plus craintive, donnera la première l’alerte. Elle débloque la somme de sept cent milliards de dollars sur quatre ans pour soulager les conditions de vie de ses sujets. Koweït suivra en allouant à tous les citoyens de l’Emirat la somme de trois mille dollars, une subvention couplée à des bons d’alimentation, sorte de ticket restaurant; le Roi de Jordanie nommera son ancien chef des services de renseignement, Maarouf Souleymane Bakhit, au poste premier ministre, sans doute pour parer à toute éventualité, et le président du Yémen, Ali Abdallah Saleh, au pouvoir depuis trente deux ans, renoncera à briguer un nouveau mandat…avant de se raviser et de rallier ses anciens adversaires houthistes et de tenter, à nouveau, de les trahir, dans un balancement qui lui sera fatal.

Même le paisible Royaume de Bahreïn, siège du quartier général de la Vème flotte américaine, (Golfe persique-Océan indien), s’enflammera, tout comme la léthargique Libye.

Le sursaut populaire arabe de l’hiver 2011 dans dix pays arabes (soit la moitié des pays membres de l’organisation pan arabe, -de la Tunisie à l’Egypte, à la Libye, au Yémen, au Bahreïn, à la Jordanie, à l’Algérie, au Maroc, à la Syrie et à l’Arabie saoudite-, a signé, en fait, la fin de l’exception arabe, marquée par la faillite de l’Etat rentier, miné par sa nature patrimoniale et grevé par les rentes de situation et de son cortège de faillites (1).
Ces faillites sont multiples: c’est d’abord celle de la libéralisation économique mise au service d’une oligarchie égoïste. C’est ensuite celle des régimes sclérosés qui ont eu recours à des aménagements de façade et à des ouvertures au rabais afin de vendre à l’étranger leur image de garants d’une stabilité devenue obsessionnelle pour l’Occident, au lieu d’engager des réformes véritables. C’est enfin également celle des grands projets politiques, des naufrages successifs des tentatives unitaires, des défaites répétées face à Israël, de la désintégration de l’Irak et de la scission du Soudan.

La concomitance des deux soulèvements sur les deux versants du Monde arabe, l’Egypte au Machreq, la Tunisie, au Maghreb, la similitude des revendications et la cohérence de la démarche des acteurs, -principalement la jeunesse en phase avec les nouvelles technologies de communication pâtissant de surcroît d’un chômage endémique, générant une oisiveté dangereuse face à une bureaucratie sclérosée-, ont signé l’échec patent du modèle arabe de développement, la faillite de ses dirigeants et l’inanité de leurs alliances internationales.

Toutefois, il existe une différence de niveau entre le poids lourd du Monde arabe, l’Egypte, et, le poids plume du Maghreb, la Tunisie; quand bien même l’étincelle tunisienne a été antérieure. L’Egypte n’a pas attendu la Tunisie pour secouer son anachronisme.

En quatre ans (de 2006 à 2009), deux mille cent cinq manifestations sociales avaient été dénombrées. D’abord sectorielles, elles sont allées crescendo: deux cent soixante six en 2006, six cent quatorze en 2007, puis six cent trente en 2008, sept cent en 2009 pour englober les diverses composantes de la population, dans ses diverses déclinaisons politiques et religieuses.

Les premières émeutes globales de la mondialisation

«La montre Rolex avant cinquante ans»: Ce slogan brandi comme un signe de réussite sociale par le publicitaire tapageusement ostentatoire Jacques Séguéla, ne constitue pas un impératif de vie pour une large fraction de la planète. C’est, du moins, la conclusion qui s’est imposée au vu de l’impact de l’acte sacrificiel déclencheur des émeutes, l’immolation.

Loin de revêtir un phénomène de mode, l’immolation (acte éminemment proscrit par la religion musulmane, mais néanmoins transgressé à diverses reprises par nombre de protestataires), a constitué, dans cette optique, la forme la plus aiguë d’une protestation non bureaucratique. Elle témoigne du degré d’exaspération et de l’intensité de la désespérance humaine des «laissés pour compte» de la société d’abondance. Elle a représenté une réplique infra humanitaire à la non reconnaissance de l’humanité de l’être par son interlocuteur.

Toutefois, les émeutes populaires qui ont eu lieu simultanément, en 2010-2011, en Iran, en Chine, dans la zone périurbaine des villes françaises, de même que dans une dizaine de pays arabes, apparaissent rétrospectivement comme les premières émeutes globales de la mondialisation. Ces explosions de violence, sur tous les continents, ont démontré le caractère explosif de la combinaison corruption difficultés économiques, sur fond de hausse des prix des matières premières. Ces explosions de violences, qui ont retenti comme autant de symptômes, portent la marque du dysfonctionnement d’un système et d’un monde mu par une économie mondialisée.

Le consensus de Washington et son prolongement européen (le consensus de Bruxelles), avec leur cortège de programme d’ajustements structurels, de délocalisation, de privatisation, de libéralisation et de spéculation, ont provoqué une perte colossale de l’ordre de vingt cinq mille milliards de capitalisation boursière, soit un coût infiniment plus élevé que le budget prévu pour la réhabilitation et la dynamisation de l’ensemble des économies du tiers monde.

La modernité a un corollaire que le sociologue Zygmunt Bauman qualifie de «coût humain de la mondialisation»: une production croissante de larges zones de rebut de l’humanité, la version moderne du Lumpen prolétariat.
En trois ans (2008-2010), deux mille quatre vingt dix émeutes ont été dénombrées à travers le Monde, le terreau contestataire sur lequel a germé la révolte des peuples arabes de l’hiver 2011.

Si la crise financière de 2008 a signé le déclin des pays riches, la crise arabe est la première des crises sociopolitiques des pays émergents. C’est pourquoi elle est surveillée de près à Pékin, New Delhi, Johannesburg et Brasilia, même si aucun déterminisme économique ne peut rendre compte de la variété des situations, ni a fortiori prédire l’avenir (2).

La région MENA (Middle East North Africa) a connu une croissance moyenne de cinq pour cent sur la période 2000-2010 (bien supérieure à celle des pays occidentaux), sans que les minorités au pouvoir depuis trente ans abandonnent leur action prédatrice, au contraire renforcée par l’ouverture aux échanges économiques.

A l’épuisement du modèle de l’état rentier s’est superposée la transformation de la quasi-totalité des républiques arabes en dynasties familiales. Cela a entraîné un rétrécissement de l’offre politique, créant ainsi une source de mécontentement supplémentaire, sans la moindre perspective de promotion sociale ni de satisfaction internationale.
La révolte arabe de 2011 a rejoint ainsi, par son intensité, les grandes périodes de l’histoire contestataire de la fin du XVIIIème siècle, du milieu du XIXème (autour de 1848), lesquelles, bien que toutes réprimées, avaient consacré le thème de l’État nation moderne dans le monde. De même, après la première guerre mondiale (1914-1918), les révolutions bolcheviques et les révoltes de la décennie 1960 avaient impulsé le phénomène de la décolonisation.

La Tunisie a constitué un avertissement sans frais pour les gérontocrates arabes. Mais loin de participer d’un effet domino, le basculement de la Tunisie, vu du sud de la Méditerranée, a relevé, plutôt, d’un effet boomerang.

La focalisation égyptienne sur la levée d’une milice sunnite au Liban (alors qu’une grogne électorale et des contestations populaires régnaient en Egypte), a constitué la marque d’une aberration mentale absolue; un acte de dévoiement suicidaire du régime égyptien qui a eu pour effet de carboniser complètement son régime sur fond de paupérisation croissante de la population, en parallèle du bradage du patrimoine énergétique égyptien à Israël.

Ni la situation alarmante de l’Egypte sur le plan économique, ni sa fragilité diplomatique, n’ont ébranlé la léthargie du dirigeant égyptien. Le sort funeste de trois dirigeants pro occidentaux: Saddam Hussein (Irak), Rafic Hariri (Liban), Benazir Bhutto (Pakistan), pas plus que le confinement dans son complexe de Ramallah de Yasser Arafat, pourtant Prix Nobel de la Paix, n’ont aiguisé sa curiosité.

Bercé par le chœur des flatteurs occidentaux, le credo pro israélo-américain de Moubarak lui servait de viatique pour l’éternité. Du moins le pensait-il. Il lui sera de peu de secours dans cette épreuve de fin de vie, alors que le déclin de l’influence occidentale était sérieusement amorcé avec le bourbier afghan, l’enlisement irakien, les revers militaires israéliens et la crise bancaire spéculative de l’hiver 2008.

Devant la montée des périls, à son corps défendant, Hosni Moubarak se résoudra, aux derniers jours de son règne, à pourvoir au poste de vice président, laissé vacant pendant trente ans, désignant comme dauphin, Omar Souleymane (3), le chef du service des renseignements, le copilote de l’Egypte les cinq dernières années de son règne, le maître d’œuvre de la reddition pour le compte des américains, le gestionnaire de la «hot line», la liaison téléphonique quotidienne avec l’Etat major israélien pour la gestion de la lutte contre la contrebande et le terrorisme dans le Sinaï.

Mais pour avoir tardé à le faire, pour cause de rivalité de l’homme du renseignement avec son propre fils, Gamal, Hosni Moubarak se pulvérisera.

Couvert de morgue et d’honneur, la prépotence du co-président de l’Union pour la Méditerranée, pilier sud du dispositif euro arabe, le pivot de la diplomatie américaine à l’articulation du Monde arabe et du Monde africain, couvait en fait une impotence.

Emprisonné et condamné par la justice égyptienne après son départ du pouvoir, il est libéré en 2017 après avoir terminé de purger sa dernière peine de prison. Il meurt neuf ans après la fin de sa présidence
L’ancien chef de l’aviation égyptienne, l’artisan de la première frappe aérienne de la guerre d’octobre 1973 sur les lignes israéliennes du Canal de Suez, a manqué d’acuité visuelle. La vue obscurcie par les prismes déformants de la mégalomanie et de la courtisanerie, il s’écrasera en vrille, emporté par l’ouragan populaire de la Place Tahrir.

Le dernier pharaon d’Egypte entraînera dans sa chute et son dauphin filial, et la pérennité politique de sa dynastie, et son régime, et sa place dans l’histoire.

Références

1- Zaki Laidi «Faillite des régimes rentiers. L’Egypte, entre révolution et répression», in Le Monde 4 Février 2011

2-Le décompte établi par Alain Bertho, professeur d’anthropologie à Paris VIII, auteur «Du Temps des émeutes» s’établit comme suit: 250 émeutes en 2008, 540 en 2009 et 1300 en 2010. Cf. Marianne, Propos recueillis par Régis Soubrouillard | Samedi 26 Février 2011.

3- Omar Souleymane: Bête noire des «Frères Musulmans», le candidat préféré des Israéliens disposait d’une ligne rouge directe avec l’État major israélien à qui il avait promis d’éradiquer la contrebande dans le Sinaï. Natif de Haute Egypte, son nom est synonyme de répression des Frères Musulmans et de compromissions avec Israël. L’homme, âgé de 75 ans, formé en URSS, puis à Fort Bragg (Caroline du Nord) dans les années 1980, est mouillé jusqu’au cou dans le scandale des prisons secrètes de la CIA. Le général Souleymane a, en particulier, été l’interlocuteur privilégié de la CIA américaine dans le programme dit «Rendition», lorsque l’administration Bush «externalisait» la torture des suspects dans sa «guerre contre le terrorisme». Souleymane était apprécié par Washington pour sa détermination contre les islamistes, et pour son hostilité envers l’Iran.

Pour la survie du régime, le général Souleymane n’a pas hésité à se salir les mains. C’est lui qui a fait interroger Ibn al-Sheikh Al-Libi, chef des moudjahidine d’Oussama Ben Laden à la bataille Tora-Bora en Afghanistan, pour lui arracher, sous la torture, de faux aveux sur les liens entre Al-Qaïda et Saddam Hussein et justifier l’invasion de l’Irak. Lui encore qui fait la chasse, en Egypte, aux Palestiniens du Hamas.

En 2007, selon un télégramme diplomatique américain révélé par WikiLeaks, un diplomate décrivait ainsi le général Souleymane: «Chef du renseignement égyptien et conseiller de Moubarak, Souleymane a souvent été cité comme un possible candidat au poste vacant de vice-président. Ancien combattant de deux guerres israélo-arabes, celle de 1967 et celle de 1973, il est aussi devenu, en grimpant dans la hiérarchie, l’interlocuteur privilégié de l’Etat hébreu, dont on sait, par les télégrammes diplomatiques de WikiLeaks, à quel point il était apprécié à Jérusalem. Il est donc, de ce fait, un homme rassurant pour les partenaires de l’Egypte: Israël, mais aussi les Etats-Unis qui le connaissent parfaitement.

Cet ancien homme de l’ombre a également été le médiateur entre le Hamas islamiste et l’Autorité palestinienne pour tenter de réconcilier les frères ennemis palestiniens, étant ainsi l’un des rares interlocuteurs d’Israël rencontrant également les dirigeants du mouvement qui contrôle la bande de Gaza. «Il est de loin le plus performant de tous les chefs de services de renseignements arabes», relevait admiratif l’ancien espion français, le général Philippe Rondot, dans un portrait du Figaro.

De ce fait, Omar Souleymane, qui venait tout juste d’être élevé le 29 janvier 2011 au poste de vice-président par Hosni Moubarak alors que les protestations commençaient place Tahrir et dans les grandes villes du pays, avait été présenté comme un élément de continuité pour le régime, afin d’organiser une transition douce et pas un effondrement du système. Omar Souleymane ne survivra pas à la chute de son président. Atteint d’un cancer den phase terminale, il succombera peu de temps après l’éviction de son supérieur.

Illustration

Photo AFP/AHMED ARAB)

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services