Sunday, October 2, 2022
Actualités & Flashback


La Chine, une puissance impérialiste ou une puissance à projection impériale par effet d’aubaine ?

Ce papier est co-publié avec la revue juridique «Le Journal Spécial des Sociétés» (JSS) en Janvier 2022, à une date…

By René Naba , in Actualités Analyse Chine International Monde , at 18 février 2022 Étiquettes :

Ce papier est co-publié avec la revue juridique «Le Journal Spécial des Sociétés» (JSS) en Janvier 2022, à une date coïncidant avec le Nouvel An chinois, marquant, le 1er Février, le début de l’année du Tigre d’Eau, de même que le lancement des Jeux Olympiques d’Hiver, le 4 Février 2022, boycottés diplomatiquement par les États Unis.


La presse occidentale abonde d’une littérature pointant la tentation impériale, voire impérialiste de la Chine, particulièrement son rôle néfaste en Afrique. Au delà des arguments de propagande d’une sphère occidentale en phase de reflux, la réalité pourrait être sensiblement différente.

Le journal «Le Monde», qui s’est distingué par une lecture hémiplégique de la guerre de Syrie, s’est mu en la circonstance en voltigeur de pointe en ce domaine, dénonçant «la protéiforme guerre d’influence de la Chine pour démontrer sa puissance», dans un article en première page paru le 3 septembre 2021, soit trois jours après le retrait américain de Kaboul et la débâcle de l’Occident.

Une étude exhaustive de l’Institut de recherche stratégique de l’École Militaire (IRSEM) mentionne «une entreprise tentaculaire, massive, cohérente, globale, tous azimuts, mondialisée: les mots manquent au profane pour décrire la protéiforme guerre d’influence engagée par la Chine pour démontrer sa puissance», écrit le journal vespéral. Derrière «Les opérations d’influence de la Chine», ses auteurs, Paul Charon et Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, décrivent une bascule récente du régime de Pékin, qualifiée de «moment machiavélien», poursuit-il.

Récidiviste, trois mois plus tard, Le Monde ciblait l’Afrique, le thème le plus douloureux pour les anciennes puissances coloniales occidentales supplantées désormais par la Chine, titrant en première page: «Chinafrique», l’heure des désillusions: Le Forum sur la coopération sino-africaine, qui s’ouvre dimanche à Dakar, marque le pas après vingt ans d’expansion chinoise sur le continent.

Jubilatoire, le journal énumérait les griefs: «Projets à l’impact industriel limité, échanges commerciaux déséquilibrés de type Nord-Sud, piège de la dette, corruption des élites, droit du travail malmené dans les implantations chinoises… Les crispations ont accompagné les courbes quantitatives de la présence de Pékin sur le continent».

1- Les paramètres de départ

A – L’émergence de l’Asie

Les États Unis ont mordu la poussière en Asie, à deux reprises, en moins d’un demi siècle. Par deux fois: La première fois, en 1975, au Vietnam, première victoire d’un peuple du tiers monde sur la première puissance planétaire militaire à l’apogée de la guerre froide soviéto-américaine; La deuxième fois, en 2021, en Afghanistan, face à leur ancienne créature, les Talibans, à l’apogée de l’unilatéralisme américain.

Ces deux défaites américaines en Asie, en moins d’un demi siècle, ont sérieusement terni le prestige des États Unis et retenti comme le glas du magistère impérial américain, de la même manière que la défaite française de Dien Bien Phu, en 1954, face à ces mêmes Vietnamiens, avait sonné le glas de l’Empire français.

En un siècle, l’érosion de l’Occident face à l’Asie est manifeste. Sur les sept puissances économiques mondiales du XXI me siècle figurent trois pays asiatiques: La Chine (1re), le Japon (3eme) et l’Inde (6eme), dont deux pays (Chine Inde) sous domination occidentale au début du XX me siècle, et le 3me, le Japon, vitrifié par les bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki (Août 1945) et grand vaincu de la II me Guerre mondiale (1939-1945).

Indice patent de ce basculement dans la hiérarchie des puissances: Deux de ces pays asiatiques, la Chine et le Japon surpassent d’ailleurs désormais la France et le Royaume Uni, les deux pays européens qui furent à la tête des deux grands empires coloniaux au début du XX e siècle.

Au plan militaire, selon le classement 2021 établi par le site américain Global Fire Power (GFP), le podium est occupé par les États-Unis, la Russie et la Chine, respectivement 1 ère, 2 me et 3 me. L’Inde arrive en 4ème position, suivie du Japon en 5ème et la Corée de Sud à la 6ème place. La France et l’Angleterre arrivent à 7 me et 8 me place. Là aussi, la France et le Royaume Uni sont supplantés par 4 pays asiatiques: Chine, Inde Japon et Corée du Sud.

Survivance d’un monde colonial révolu, la France et le Royaume Uni continuent de disposer pourtant de la qualité de membre permanent du Conseil de sécurité et non le Japon, 3 me puissance économique et 5 me puissance militaire, ni non plus l’Inde, 4 me puissance militaire et 6 me puissance économique.

Au plan économique, l’économie américaine représentait 50 pour cent de l’économie mondiale, au lendemain de la II me guerre Mondiale (1939-1945). Soixante dix ans après, elle ne représente plus que 20 pour cent de l’économie mondiale. Dans cette perspective, les États Unis (328,2 millions d’habitants) apparaissent comme une «île entre deux océans (atlantique et pacifique)» dans la vision d’une Chine qui se vit comme «l’Empire du Milieu». Autrement dit le nouveau Centre du Monde, avec une population de l’ordre de 1.398 milliards d’habitants, soit autant que l’Union Européenne et les États Unis réunis.

L’Afghanistan, le Vietnam de l’Empire soviétique, est devenu à son tour le nouveau Vietnam américain, solidement quadrillé par des puissances nucléaires, la Chine, l’Inde et le Pakistan, désormais interlocuteurs majeurs de la scène internationale. Si l’implosion de l’Union soviétique a été le plus grand exploit des États Unis de l’après guerre, les déboires militaires américains dans le tiers-monde dans la décennie 1980-1990 au Liban, en Somalie, en Irak, en ont quelque peu atténué les effets.

Le prestige américain a été ainsi bafoué à Beyrouth avec le retrait précipité de la Force Multinationale Occidentale, en Mars 1984, contrainte au départ du Liban par un double attentat contre les PC américains et français qui ont fait au total 299 morts; En Somalie, où l’armée américaine a opéré un retrait précipité, en Octobre 1993, à la suite d’une bataille rangée avec les milices somaliennes qui a fait 17 morts dans les rangs américains. Enfin, en Irak où le président Barack Obama a ordonné le retrait de ses troupes, le 1 er septembre 2010, sept ans après l’invasion de l’Irak, qui a coûté la vie à 4.400 soldats américains. Sans compter l’assassinat des pivots de l’influence occidentale en Asie, Anouar El Sadate, en 1981, en Égypte, Rafic Hariri en 2005, au Liban et Benazir Bhutto, en 2007 au Pakistan.

L’obsession chinoise des États Unis est si vive qu’une alliance WASP (White Anglo Saxon Protestant) a éjecté, sans ménagement, du chantier naval australien, la France, en vue de lui substituer une alliance purement anglo saxonne dans le Pacifique face à la Chine.

Puissance du pacifique de surcroît leur Alliée au sein de l’OTAN mais de culture latine–, Paris a qualifié de «coup de poignard dans le dos» la substitution du Royaume Uni et des États Unis à la France d’un contrat de 35 milliards de dollars visant à fournir 15 sous-marins à propulsion nucléaire à l’Australie.

L’accord AUKUS (pour «Australia», «United Kingdom» et «United States»), mis en place pour contrer la Chine, est une alliance entre ces trois «démocraties maritimes». signifie de fait une marginalisation de la France et de l’Europe dans l’espace indo-pacifique, un vaste espace maritime, allant de la côte est de l’Afrique à la façade Pacifique des États-Unis. Une région clé du XXIe siècle. Le bloc rival a d’ailleurs riposté sans délai en décidant l’inclusion de l’Iran au sein de l’Organisation de Coopération de Shanghai (qui groupe la Chine, la Russie, le Pakistan, l’Iran et les quatre anciennes républiques soviétiques d’Asie centrale (Kazakhstan, Kirghizistan, Ouzbékistan, Tadjikistan).

2- Bouleversement dans l’ordre civilisationnel.

Il était généralement admis que la civilisation occidentale, -la civilisation de l’homme blanc ou caucasienne selon la terminologie américaine- était l’unique civilisation à vocation universelle, porteuse de valeurs aptes à être exporter vers d’autres zones géographiques et d’autres cultures.

Les élites du tiers monde combattaient leur occidentalisation sans pour autant rejeter la modernité: Mahatma Gandhi (Inde), Gamal Abdel Nasser (Égypte), Kwameh Nkrumah (Ghana), Jomo Kenyatta (Kenya) ont ainsi combattu le colonialisme occidental sans rejeter la modernité occidentale qu’ils souhaitaient adapter à leurs conditions.

Les nouveaux contestataires à l’ordre occidental ne combattent pas uniquement l’influence occidentale, mais remettent en cause désormais le mode de vie occidental.

Dans le nouveau schéma mondial, ce bouleversement est radical. L’exemple des Talibans en est une illustration patente.

Au début du XX me siècle, «l’Homme Blanc», autrement dit d’origine caucasienne selon la terminologie américaine, représentait 28 pour cent de la population mondiale, mais contrôlait 80 pour cent du surface de la terre. AU XXI me siècle, l’équation s’est inversée: «l’Homme Blanc» ne représente plus que 18 pour cent de la population globale pour un contrôle de 30 pour cent de la superficie terrestre. Ces précisions ont été fournies par le politologue franco-libanais, Ghassane Salamé, dans un entretien au quotidien arabophone libanais «Al Akhbar», le 1 er septembre 2021, (2)

Mais, paradoxalement, si l’influence occidentale est en régression à l’échelle de la planète, le capitalisme, création occidentale, a, lui, conquis les marchés y compris les plus hostiles à son idéologie dans des pays tels que la Russie ou la Chine.

Il en ressort de ce reflux occidental que la planète s’achemine vers une évanescence de la centralité de l’Homme blanc dans les relations internationales et du monde occidental dans son rôle prescripteur, avec son corollaire idéologique incarné par la «théorie du grand remplacement».

Dans cette perspective, la projection de la Chine en une puissance impérialiste résulterait d’un effet d’aubaine du déclin occidental. Un phénomène comparable à celui qui s’est produit en faveur de l’Iran en Irak à la suite de l’invasion américaine de l’Irak, en 2003 et des déboires américains y afférents.

Lors du premier sommet de l’Otan tenu sous la mandature de Joe Biden, en juin 2021, la Chine a été désignée comme «menace systémique».

Lindsay Koshgarian, Directrice de programme du «National Priorities Project», et co-auteur du rapport: “State of Insecurity: Le coût de la militarisation depuis le 11 septembre 2001”, soutient qu”au cours des vingt années qui ont suivi le 11 septembre, les États-Unis ont dépensé 21 000 milliards de dollars pour la militarisation nationale et internationale.

Premier créancier des États-Unis, la Chine détient en effet des bons de trésor américain d’une valeur de 2 trillions de dollars (deux mille milliards de dollars) et perçoit des intérêts d’un montant de 50 milliards de dollars par an, majoritairement réinvestis dans des projets d’infrastructure en Afrique… Contrairement à la France où «les djembés et les mallettes» servent en priorité à assurer le train de vie de la classe politico-médiatique.

3- La rivalité États-Unis /Chine en chiffres: La primauté du dollar en jeu

Au niveau des demandes d’enregistrement de brevets industriels auprès de WIPO (classement 2019): La Chine prend l’avantage sur ce point essentiel avec 59.000 demandes, contre 57,800 demandes pour les États Unis.

La Monnaie électronique RBM et la Bourse de Shanghai.

L’instauration du yuan comme monnaie de règlements des transactions pétrolières via la bourse de Shanghai, de même que l’entrée en fonction d’une monnaie électronique, -le RMB (paiement par téléphone portable)-, pourrait, à terme, remettre en cause la primauté du dollars comme monnaie de référence des transactions internationales, dans un contexte de crise systémique d’endettement des économies occidentales.

Pour son premier exercice, en 2019, le RMB digital, un instrument de paiement destiné à contourner les sanctions américaines, a enregistré des transactions de 41,5 trillions de dollars, soit 41,4 mille milliards de dollars.

4- La fin de l’unilatéralisme occidental dans la gestion des affaires du Monde

Dans un mouvement sans doute irréversible, la guerre de Syrie a signé dans l’ordre symbolique la fin de l’unilatéralisme occidental dans la gestion des affaires du Monde, en même temps que la fin de six siècles d’hégémonie occidentale sur la planète.

Au-delà de l’affrontement Russie versus OTAN en Syrie, «la Chine et les États-Unis sont engagés, à long terme, sur une trajectoire de collision. Les précédents historiques montrent qu’une puissance ascendante et une puissante déclinante sont vouées le plus souvent à l’affrontement» (Dominique de Villepin dixit).

5 – La vaseuse théorie du «Grand Remplacement».

Forgée par les nostalgiques de la grandeur française des «temps bénis des colonies», reprise par les suprémacistes américains, la théorie du «Grand Remplacement» apparaît rétrospectivement comme un corollaire du déclassement de la France au rang des puissances mondiales. Le camouflage d’une fuite en avant. D’un évitement de responsabilité.

L’équation démographique qui en constitue le soubassement idéologique relève, elle aussi, d’une grande foutaise. A l’épreuve des chiffres, elle ne résiste pas non plus à l’analyse. Le «Grand Remplacement» de la population, théorisé par Renaud Camus et brandi depuis lors comme un croquemitaine par les racialistes ne serait que la lointaine conséquence d’un reflux d’empire; un remugle de l’Histoire de France; la sanction du bellicisme européen. Du fait des deux Guerres mondiales (1914-1918/1939-1945) et des guerres d’Indépendance qui se sont ensuivies (Indochine Vietnam, Algérie), dont les pertes se sont élevées à près de 100 millions de personnes, la population «caucasienne» – de «race blanche», selon la terminologie racialiste-, a été drastiquement réduite à sa portion congrue.

«L’Europe est morte en tant que cerveau du monde. De dominante, l’Europe est devenue un dominion». Pour cruel qu’il soit, ce constat de Régis Debray consigné dans son opuscule «Ce qui reste de l’Occident» (Grasset) n’en est pas moins vrai.

6 – De la Chine et de l’Afrique

La «théorie de anneaux maritimes» des États-Unis versus la «stratégie du collier de perles» de la Chine.

A – «La théorie des anneaux maritimes».

La fin de la deuxième Guerre mondiale (1939-1945) a marqué le début du déploiement planétaire de l’empire américain et de sa compétition feutrée avec la Chine, dont le point de percussion majeur aura pour théâtre l’Afrique à l’entame du XXI me siècle. Particulièrement le Maghreb, le flanc méridional de l’Europe et son point de jonction vers l’Afrique.

En application de la «théorie des anneaux maritimes», les Américains vont procéder, dès la fin de la 2me Guerre mondiale, à leur déploiement géostratégique selon la configuration de la carte de l’Amiral William Harrison, conçue en 1942 par la marine américaine, en vue de prendre en tenaille la totalité du monde eurasiatique, articulant leur présence sur un axe reposant sur trois positions charnières: Le détroit de Behring, le Golfe arabo-persique et le détroit de Gibraltar. Avec pour objectif de provoquer une marginalisation totale de l’Afrique, une marginalisation relative de l’Europe et à confiner dans un cordon de sécurité un «périmètre insalubre» constitué par Moscou-Pékin-Delhi-Islamabad, contenant la moitié de l’humanité, trois milliards de personnes, mais aussi la plus forte densité de misère humaine et la plus forte concentration de drogue de la planète.

B- La stratégie chinoise du collier de perles.

Pris en tenaille entre l’Inde, sa grande rivale en Asie, les États-Unis, maître d’œuvre du blocus de la Chine maoïste et le Japon, le géant économique de l’Asie, la Chine va chercher à se dégager de ce nœud coulant en développant «la stratégie dite du collier de perles».

Le terme a été utilisé pour la première fois au début de 2005 dans un rapport interne du Département d’État titré «Energy Futures in Asia».

Cette stratégie, mise au point dans le but de garantir la sécurité de ses voies d’approvisionnement maritimes jusqu’au Moyen-Orient, ainsi que sa liberté d’action commerciale et militaire, consistait dans le rachat ou la location pour une durée limitée d’installations portuaires et aériennes échelonnées.

Il en a été ainsi des ports de Gwadar (Pakistan), Hambantoa (Sri Lanka), Chittagong (Bangladesh), jusqu’à Port Soudan, via l’Iran et le périmètre du golfe d’Aden pour escorter ses navires à travers cette zone infestée de pirates, ainsi que dans la zone sahélo-saharienne, l’Algérie et la Libye, à tout le moins sous le régime du Colonel Mouammar Kadhafi (1969-2012), soit pendant 43 ans.

C- Le projet OBOR

En superposition, le projet OBOR ou La nouvelle route de la soie de la Chine.

Obor est ce vaste corridor économique sino pakistanais de 3.200 km dont l’objectif est de désenclaver le Xinjiang en le reliant au port de Gwadar au Balouchistan, dans le sud de la Chine, à l’effet de de mettre directement en contact la 2me plus grande économie du Monde à l’Asie du sud et à l’Asie de l’Ouest (Moyen orient).

Projet titanesque, qui tire son nom officiel anglais d’Obor pour: One Belt (la ceinture océanique), One Road (une route),OBOR concerne 68 pays représentant 4,4milliards d’habitants et 40 pour cent du PIB mondial. Il va réduire de 10.000 km le trajet entre la Chine et l’Asie occidentale, au delà l’Afrique orientale. 80 pour cent des importations pétrolières chinoises transitent par l’Asie du Sud Est, les États Unis s’activent dans cette perspective à établir un cordon sanitaire autour de la Chine.

7- Endiguement euro américain de la Chine en Afrique

«Qui tient l’Afrique tient l’Europe», soutenait Karl Marx. La Chine va scrupuleusement observer cette consigne, tandis que les Occidentaux vont s’appliquer méthodiquement à entraver cette politique de contournement par un endiguement du continent noir. En vain.

Sous couvert de grands principes, –l’ingérence humanitaire et la guerre contre le terrorisme–, à l’aide de sigles abscons, d’Africom au Maghreb, de «Recamp» dans l’Afrique francophone ou d’Eufor, dans le centre du continent, voire même de Barkhane, le quadrillage occidental de l’Afrique s’est fait en douceur, à l’arrière-plan d’une féroce bataille engagée pour la maîtrise des réserves stratégiques sur le flanc méridional de l’Europe.

8- La guerre psychologique occidentale contre The ROW The Rest of the world) :

Depuis la fin de la II me Guerre mondiale (1939-1945), toute une littérature belliqueuse occidentale a développé les thèmes sur le péril rouge (contre le communisme), avant de se rabattre après l’implosion de l’Empire soviétique (1989) sur le péril vert (l’Islam), jalon intermédiaire préludant à la naissance du «péril jaune» (Chine, Inde, Japon) d’actualité avec la montée en puissance des trois pays majeurs d’Asie, qu’ils parachèveront en 2025.

Accablée de tous les maux, la Chine a été accusée, simultanément et cumulativement, d’avoir contaminé l’Afrique de pathologie potentielles avec la commercialisation de médicaments avariés et d’avoir transformé le continent noir en dépotoir de déchets toxiques. Ce faisant, l’Occident a oublié son rôle néfaste dans la dépossession de l’Afrique de ses richesses pendant cinq siècles, sa dépopulation par la traite négrière, de l’ordre de quinze millions de personnes, dans la modification de son écosystème.

9 – La Chine, premier partenaire de l’Afrique avec l’Algérie dans le rôle de navire amiral de la flotte chinoise en Méditerranée.

La Chine est depuis 2010 le premier partenaire commercial de l’Afrique, soixante ans après l’indépendance du continent noir, avec l’Algérie dans le rôle de navire amiral de la flotte chinoise dans la zone sahélo saharienne.

La montée en puissance de la Chine devrait, par contrecoup, valoriser le rôle de l’Algérie, le point d’articulation majeur de la Chine dans la zone et, à ce titre, objet d’une double tentative de déstabilisation, dans la décennie noire (1990) et lors du printemps arabe (2011).

Frontalier de sept pays (Maroc, Tunisie, Libye, Mali, Mauritanie, Niger et RASD), l’Algérie occupe une position centrale au Sahara et ambitionne d’être au centre du jeu d’autant plus impérieusement qu’elle dispose d’une frontière commune de 1.800 km avec le Mali soit infiniment plus que la totalité du métrage de la France avec ses pays limitrophes (Allemagne, Belgique, Espagne, Italie, Suisse).

L’axe Chine-Europe constitue les deux extrémités de la vaste étendue continentale euro asiatique, le centre de gravité pérenne de la géostratégie de l’Histoire de la planète, matérialisée par la route de la soie, du parfum, de l’encens et tout dernièrement de la route de la drogue. L’Afrique du Nord en constitue le segment sud.

Ce partenaire de premier plan de l’Europe est une zone en situation de marché captif, un défouloir de la société occidentale pour son tourisme de masse, le glacis stratégique du pacte atlantique face à la percée chinoise en Afrique et son arrière-cour économique et sa basse-cour politique.

Ce Maghreb-là constitue précisément la dernière digue avant le contournement complet de l’Europe par l’Afrique, selon le vieux principe maoïste d’encercler les villes par les campagnes.

Si la Chine sortait vainqueur de son jeu de go, la France, le maillon faible du dispositif du bloc atlantiste dans le secteur, sera immanquablement vouée au rôle de maillon manquant du directoire mondial de la planète en ce que le Maghreb, longtemps sa zone d’influence privilégiée, représente le principal gisement de la francophonie et la zone de sous-traitance de l’économie française, gage du maintien de sa compétitivité.

Ce n’est pas un hasard si un journal anglais a proposé à la France ce céder à l’Union Européenne son statut de membre permanent du Conseil de sécurité avec droit de veto

Épilogue: La Méditerranée: Du centre du Monde au focal du Monde

La Méditerranée, milieu de la terre, n’est plus depuis six siècles le centre du Monde, déclassée au profit de l’Atlantique, au XV me siècle avec la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb, puis par le Pacifique au XXI me siècle avec l’émergence du géant chinois.

Si elle a cessé d’être le centre du Monde, la Méditerranée n’en demeure pas moins non le nombril du Monde, mais le focal du Monde, un des principaux foyers spirituels de la planète, le lieu de naissance des trois grandes religions monothéistes: Judaïsme, christianisme et Islam. Avec leur projection paroxystique le sionisme, l’islamisme et le suprématisme occidentaliste, induisant deux bouleversements majeurs: démographique et religieux.

A – Démographiquement

Dans un renversement de tendance sans précédent de l’Histoire, la rive sud de la Méditerranée est en passe d’enregistrer un surplus démographique par rapport au Nord européen.

Dans moins d’une génération, vers l’an 2050, la population de quatre pays européens membre de l’Union Européenne, la façade méditerranéenne de l’Union européenne (France, Italie, Espagne, Portugal) aura à peine augmenté pour compter 250 millions de personnes, alors que la population des autres pays du pourtour (Égypte, Algérie, Turquie, Maroc, Tunisie, Syrie, Libye, Liban, Gaza-Palestine) se sera accrue de 70 pour cent pour avoisiner les 400 millions d’habitants induisant une nouvelle pesanteur sur l’écologie politique et économique du bassin méditerranéen.

B- Religieusement

L’Islam, fait aussi sans précédent dans l’Histoire, se hisse au premier rang des religions par le nombre de ses fidèles avec 1,7 milliards de croyants. Une promotion qui se double d’une implantation durable et permanente d’une importante communauté arabo-musulmane dans l’espace occidental, particulièrement européen, au cœurs des principaux centres de création des valeurs intellectuelles de la planète.

C – La nouvelle cartographie maritime

Depuis le début du XXI me siècle, elle tend à devenir une Mer Internationale ouverte, faisant place à de nouveaux venus sur la scène maritime internationale: La Russie et la Chine, préfigurant la nouvelle cartographie de la Méditerranée à l’horizon de l’an 2050.

Dans la décennie 2010, le trafic de ses deux pavillons a triplé passant de 3 à 10 bateaux par jour, contraignant les flottes occidentales à de douloureux exercices de comptabilité et d’évaluation à distance des cargaisons.

En superposition à la percée chinois en Méditerranée, les opérateurs chinois détiennent désormais plus de 10 % des capacités portuaires européennes: Du Pirée à Vado Ligure en Italie, en passant par Valence en Espagne, Zeebrugge en Belgique, une emprise grandissante des sociétés chinoises dans les infrastructures portuaires européennes est constatée.

La politique étrangère chinoise est étrangère aux contraintes politiques intérieures. Elle a toute l’éternité devant elle contrairement à ce qui se passe en Occident. Ce qui lui permet d’être le fruit d’une réflexion conduite sur le long terme et dans une continuité rigoureuse.

Ainsi, au terme de deux millénaires houleux, aux extrémités du Mare Nostrum, une ligne médiane va d’Alger au port grec du Pirée, la place forte chinoise pour le commerce européen, avec les places fortes navales chinoises à Tartous et Cherchell, en complément de Tartous et Hmeymine, les deux places fortes russes en Syrie sur la Méditerranée. Une ligne tracée à l’encre de Chine. Une encre indélébile.

Six siècles après Vasco de Gama, parvenu en Chine grâce au concours de son guide, le navigateur arabe Ahmad Ibn Majid, six siècles après le débarquement de Marco Polo, qui força la Chine à adopter les normes occidentales, l’Empire du Milieu se vit et se veut désormais comme le Centre du Monde.

L’historien américain Paul Kennedy avait déjà tiré la sonnette d’alarme en évoquant le moment où «l’ambition du Centre excède ses capacités en Périphérie, moment classique de la SUREXTENSION IMPERIALE». Sonnette d’alarme contenue dans un ouvrage, paru en 1987, au titre prémonitoire: The Rise and Fall of the Great Powers/ Naissance et Déclin des Grandes Puissances.

En écho, le politologue français Bertrand Badie, en tire la conclusion amère, 34 ans plus tard, dans la foulée de la chute de Kaboul aux mains des Talibans: «Le logiciel de puissance des États Unis ne fonctionne plus».

«Notre histoire occidentale, qu’on le veuille ou non, est dominée par l’illusion que la puissance peut tout régler. […] Or, non seulement la puissance est devenue inefficace et impuissante, mais elle devient même contre-productive dans la mesure où elle affaiblit encore plus les sociétés malades, les rend encore plus sensibles aux appels extrémistes», conclut Bertrand Badie.

Sic transit gloria mundi… Ainsi passent les gloires de ce monde.

  1. Texte d’une intervention de l’auteur prononcée au colloque «Dialogue public sur le rapport Chine-Afrique: Quel type de partenariat ?» tenu au Club Alpin Suisse Germain, 4 avenue du Mali – 1205 Genève, sous l’égide des ONG suivantes: Africa Center for Democracy and Human Rights (ACDHR), Centre de Commerce International pour le Développement (CCID), Coopera Sweden Association, Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO), The Network of Independent Commission for the Right In North Africa, ainsi que Nord Sud XXI.
  2. René Naba, directeur du site https://www.madaniya.info/et membre du groupe consultatif de l’Institut Scandinave des Droits de l’Homme et du Centre International Contre le Terrorisme, est l’ancien responsable du monde arabo-musulman au service diplomatique de l’AFP; Auteur du «Pakistan face au défi du monde post occidental et de l’Eurasie»- Golias 2019, premier ouvrage en langue française sur le basculement stratégique de l’ancien body guard de l’Arabie saoudite. A paraître «La Syrie: Chronique d’une guerre sans fin» Golias 2022.
  3. Interview de Ghassane Salamé au journal Al Akhbar, le lien ci- joint pour le locuteur arabophone
Version PDF

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services