Publié le: mer 24 oct 2012
Diplomatie / News | Par René Naba

La France et la réforme du droit de véto au Conseil de sécurité

La France et la réforme du droit de véto au Conseil de sécurité: Un bobard diplomatique pour un enfumage médiatique.

Paris – Laurent Fabius, ministre socialiste des Affaires étrangères, a proposé Lundi 22 octobre à Paris, la réforme du recours au Droit de véto au sein du Conseil de sécurité de l’ONU, préconisant que son usage soit réduit au seul cas où un état détenteur de ce droit était menacé d’une action hostile des instances internationales.

La France a une «proposition à faire est que le droit de veto soit utilisable quand il concerne uniquement le propre pays» dans le débat objet de la résolution, a déclaré M. Fabius sur le plateau du grand journal, commentant les vetos russe et chinois en faveur de la Syrie.

http://www.canalplus.fr/c-divertissement/pid3349-c-le-grand-journal.html?progid=745248

A Ecouter à partir de la 6eme minute

Le droit de véto est conféré exclusivement aux cinq états membres permanents du Conseil de sécurité (Etats-Unis, France, Royaume Uni, Chine et Russie) et permet à son détenteur de faire opposition à l‘adoption d‘une résolution qui lui est hostile, quelle que soit l’opinion majoritaire au Conseil. Les cinq membres permanents exercent ce droit quand ils votent négativement, mais une abstention ou une absence n’est pas considérée comme un veto.

Pour les votes concernant les questions de procédure, le droit de veto ne peut pas être exercé, ce qui permet ainsi au Conseil de pouvoir débattre d’un projet de résolution même s’il est fort probable qu’un des cinq y mette son veto.

La France «in due course»

Le système du veto a été établi pour protéger les intérêts des membres fondateurs de l’ONU sortis victorieux de la II me Guerre mondiale. À la Conférence de Dumbarton Oaks en 1944 qui a prévalu à la création de l’ONU, il avait été décidé que les représentants de la République de Chine, des Etats Unis, du Royaume Uni, de l’Union soviétique, et, «in due course», de la France seraient des membres permanents.

Afin de maintenir la suprématie occidentale dans la gestion des affaires du monde, il avait été décidé à l’époque que la France, même battue et occupée par l’Allemagne nazie, avait joué un rôle primordial en tant que membre permanent de la défunte Société des Nations, et, que sa place se justifiait parmi les cinq grands en tant que puissance coloniale disposant d’un vaste empire.

Depuis la création de l’ONU, la majorité des veto au Conseil de sécurité ont été exercés par l’Union soviétique. Toutefois depuis la chute du Mur de Berlin, en 1989, les Etats-Unis se sont substitués à la défunte Union soviétique dans l’usage du droit de Veto.

En 15 ans (entre 1989 et 2004), soit de la chute du Mur de Berlin à l’invasion américaine de l’Irak, correspondant à quinze ans d’unilatéralisme américain, 19 veto ont été mis dont:

Etats-Unis: 13 fois (11 fois par rapport à Israël, 1 fois par rapport à la Bosnie-Herzégovine, 1 fois par rapport au Panama)

Union Soviétique puis Russie: 3 fois (2 fois par rapport à Chypre, 1 fois par rapport à la Bosnie-Herzégovine)

A Fin février 2011, le veto a été utilisé 264 fois avec, par ordre d’importance:

-124 fois par l’Union soviétique/ Russie

-82 fois par les Etats-Unis

-32 fois par le Royaume-Uni

-18 fois par la France, particulièrement lords de la guerre d’Algérie où la France a pratiqué la politique de la chaise vide, s’abstenant de prendre part à faux débats sur la question.

-6 fois par la Chine

Il en découle que les pays occidentaux ont fait usage du droit de veto 132 fois contre 124 fois et qu’ils sont donc bénéficiaires de ce passe-droit, qui leur a permis de bloquer l’admission de la Palestine en tant que membre de plein droit de l’organisation internationale, sans le prédécesseur de Laurent Fabius à l’époque ni probablement son successeur demain juge opportun de soulever le bien-fondé de l’usage du Droit de véto, particulièrement lorsqu’ll est le fait des Etats-Unis bloquant, par exemple, une résolution ordonnant la destruction les colonies israéliennes édifiées illégalement sur le territoire palestinien.

Qu’un pays repêché in extremis dans ses droits souverains, de surcroît ayant perdu la justification de ce droit, l’empire colonial, ait l’outrecuidance de suggérer la modification de l’usage du droit de veto dont il a été largement et abusivement bénéficiaire, sans s’interroger sur son propre comportement, sans que la presse nationale ne pose la question de la pertinence de cette proposition et le bien-fondé de l’opportunisme de son auteur dénote une grave altération de la fonction critique de la classe politico-médiatique.

A l’analyse, la proposition de Laurent Fabius de reformer l’usage du droit de véto au Conseil de sécurité s’est révélée être ce que son auteur a voulu qu’elle soit: un bobard diplomatique pour enfumage médiatique.

Alors Laurent Fabius, cherchez-vous par ce biais à priver la Russie de son droit de véto en faveur de la Syrie, et, par ricochet, priver Israël de son bouclier diplomatique américain? Chiche, Monsieur le super-capé de la méritocratie française.

Pour aller plus loin, ci-joint un des derniers avatars de la France du fait d’un gouvernement socialiste

http://www.renenaba.com/lexpedition-de-suez-ou-le-glas-de-l-ere-coloniale/

www.renenaba.com est un média indépendant qui ne perçoit ni de rémunérations ni de la publicité, et ne relève ni d’un éditeur, ni d’un groupe de presse. La vraie valeur ajoutée du blog réside précisément dans son indépendance tant intellectuelle que financière. Les sites relais qui rediffusent nos papiers ne répercutent pas leurs recettes sur notre production, le prix de son indépendance, la marque de notre indépendance. La progression constante de notre lectorat, sa configuration, ses exigences, constituent pour www.renenaba.com une marque de confiance renouvelée à l’effet de nous inciter à aller de l’avant, animés d’une volonté inébranlable de poursuivre sans concession le combat pour la dignité des hommes.

Laissez votre commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>


6 + = 13