Gaza: La symbolique de la flottille

By , in Palestine Politique on .

L’hypothèse d’un «scénario catastrophe» pour Israël propulsé par la dynamique du «printemps arabe»

Une nouvelle flottille internationale a appareillé à mi juin vers Gaza en vue de forcer le blocus de l’enclave palestinienne, dans un contexte psychologique et diplomatique radicalement différent propulsé par la dynamique du «printemps arabe».

Les caractéristiques de la 2eme expédition navale de Gaza:

Dans l’ordre symbolique, la mise en route de la flottille alors que Hamas et le Fatah se sont réconciliés, que le passage de Rafah est entre-ouvert vise à signifier, dans la perspective de l’offensive diplomatique palestinienne pour une reconnaissance internationale de son droit à l’indépendance, la permanence d’une revendication en ce qu’un droit n’existe que tant que subsiste un revendicateur et que, inversement, tant qu’existe un revendicateur un droit ne se perd pas.

Le navire amiral

La Turquie qui s’apprête à devenir un point d’ancrage de la diplomatie régionale a paru se doter d’une posture médiane, en décommandant pour des raisons techniques la participation du navire amiral de ce convoi humanitaire.
Neuf ressortissants turcs avaient été tués, le 31 Mai 2010, par un commando israélien lors d’un assaut naval en haute mer. Le forfait du Mavi Marmara devrait alléger en partie le grave contentieux qui oppose Israël à la Turquie depuis plus d’un an. L’assaut israélien avait soulevé une vague de réprobation internationale. Les organisateurs ont avancé des raisons techniques pour expliquer cette absence dans la prochaine expédition d’aide humanitaire pro-palestinienne. Dix navires de plusieurs pays doivent participer à la nouvelle expédition qui devrait atteindre Gaza fin juin.

Le bateau français

Pour la première fois un bateau français participe à cette opération. Le bateau français a été financé par des dons privés. La campagne a été organisée par le collectif soutenu par une soixantaine d’associations, mouvements, syndicats et partis politiques. L’élan de solidarité avec Gaza de dizaines de milliers de donateurs a permis de collecter près de 600 000 euros dont 90 % en chèques de moins de 30 euros.

Il emporte 43 passagers, parmi lesquels des élus et hommes politiques français, dont Olivier Besancenot (NPA) et le député communiste du Havre, Jean Paul Lecoq, ainsi que des personnalités du monde du sport, dont le marin breton Jo Le Guen, avec pour mot d’ordre: «C’est GAZA le scandale, ce n’est pas la flottille». (1)
En mai 2010, des Français avaient participé à la première flottille destinée à forcer le blocus imposé à la bande de Gaza depuis 2006, mais sans affréter un bateau. Deux cargos d’aide humanitaire feront également route vers Gaza au sein de la flottille internationale, avec notamment 250 tonnes d’aide, essentiellement médicale, apportées par les militants français, notamment deux ambulances, du matériel préfabriqués et des jouets.

Le blocus de Gaza en chiffres

L’enclave palestinienne est soumise au blocus depuis quatre ans, entraînant l’enfermement d’un million et demi de personnes asphyxiées, à la merci des raids de l’armée israélienne.

80 pour cent de la population de Gaza dépend de l’aide internationale
61 pour cent de la population st en état d’insécurité alimentaire.
Le taux de chômage atteint 39 pour cent, l’un des plus élevés du Monde
Les pannes d’électricité durent généralement 4à 6 heures pr jour.
60 pour cent de la population ne reçoit de l’eau courante qu’une fois tous les 3 à jours, pendant 6 heures.
50 à 80 millions de litres d’eaux usées non traitées ou partiellement traitées sont rejetés dans la mer tous les jours
Environ 90 pour cent de l’eau destine aux résidents de Gaza n’est pas potable
75 pour cent des logements sérieusement endommagés en raison de l’opération israélienne Plomb durci n’ont pas été reconstruits.

Sur le plan politique

Réédition de la séquence irakienne, les principaux artisans de la guerre de destruction de Gaza et du blocus de l’enclave ont été évincés de la scène politique: le premier ministre centriste israélien Ehud Olmert, son ministre des Affaires étrangères Tzivi Lipni, le président égyptien Hosni Moubarak, et son ministre des Affaires Ahmad Aboul Geith, ainsi que le ministre français des affaires étrangères Bernard Kouchner. De tous les protagonistes de cette opération, seul subsiste le président français Nicolas Sarkozy

Gilad Shalit: le prétexte

Gilad Shalit, ce soldat israélien qui s’est souvenu de sa nationalité française au moment de sa capture, est toujours détenu par le Hamas, malgré l’opération militaire israélienne contre l’enclave et son parrainage par Claude Goasguen, député UMP et Maire du XVI me arrondissement de Paris, l’un des plus pro israéliens de l’échiquier parlementaire, partisan, paradoxalement, de la limitation de la bi nationalité.

La famille de Gilad Shalit a annoncé en juin 2011 son intention de poursuivre en justice les ravisseurs du soldat franco-israélien, mais le père de Gilad Shalit a exprimé sa position en langue anglaise, et non en langue française, une langue que tout candidat à la nationalité française, a fortiori tout détenteur de la nationalité française, est supposé en maitriser les rudiments ne serait ce qu’au moment de la requête en nationalité

Depuis 1967, soit en 44 ans, Israël a consacré plus de 17 milliards de dollars à la construction de colonies. Les accords d’Oslo, en 1993, prévoyait l’édification d’un état palestinien dans un délai de cinq ans. Mais en dépit de cet accord, le premier accord direct israélo-palestinien, le nombre des colons israéliens a triplé, passant de 200 000 à près de 600.000.
La « feuille de route » adoptée par le Quartet [en 2003] appelait elle aussi au gel de la colonisation israélienne et au démantèlement des colonies de peuplement, mais Israël a refusé de s’y plier. Le peuple palestinien compte près de dix millions d’individus dans le monde.

Les «marches du retour», scénario catastrophe pour Israël

Le «printemps arabe» a impulsé une nouvelle dynamique conduisant le gouvernement israélien à faire face à une nouvelle forme de protestation, versant palestinien du printemps arabe (2).

Pour déporter l’attention, Israël a proposé d’organiser un convoi humanitaire en direction des côtes syriennes en vue de venir en aide aux réfugiés syriens de Turquie, fuyant la répression des autorités de Damas.

Sur le modèle des flottilles de l’an dernier, des Palestiniens non-armés forcent désormais les frontières terrestres.
Deux tentatives d’infiltration de réfugiés palestiniens, le 15 mai puis le 5 juin sur le plateau du Golan ont fait plusieurs dizaines de morts à la frontière entre Israël et la Syrie. Portées par le vent des révoltes arabes, ces marches palestiniennes inédites risquent de rebattre profondément les cartes de la défense israélienne.
Depuis le 15 mai 2011, l’Etat hébreu voit sa frontière nord être le théâtre de «marches du retour» de la part de réfugiés palestiniens installés en Syrie. Ces deux épisodes, l’un sur mer, l’autre sur terre, présentent de nombreuses similitudes: des manifestants non-armés qui choisissent la pression du mouvement et du nombre pour forcer un blocus ou une frontière, une armée en position délicate et un lourd bilan humain (une dizaine voir une vingtaine de morts dans le Golan depuis le 15 mai).

Vers un effet de contagion sur le Golan et la Cisjordanie ?

Les tentatives d’infiltration de réfugiés palestiniens ont remis sur le devant de la scène la situation géopolitique du Golan. Territoire syrien, le Golan a été conquis, en 1967, par Israël durant la 3eme guerre israélo-arabe, avant d’être annexé en 1981. L’annexion n’a jamais été reconnue par la communauté internationale.
Le Golan concentre surtout les appétits stratégiques de la part de deux Etats, techniquement toujours en guerre. Pour Israël, il s’agit de conserver des hauteurs vitales pour surveiller Damas, situé à 60 km en contrebas, et protéger les sources de son principal réservoir hydraulique, le lac de Tibériade. La Syrie souhaite récupérer son territoire, un point d’ancrage vers la Galilée. Bref, un conflit territorial entre deux Etats, en marge de la question palestinienne.
Les Israéliens redouteraient un scénario identique en Cisjordanie où l’es Israéliens, en septembre prochain, en appui à la démarche palestinienne visant à la reconnaissance d’un Etat palestinien devant l’ONU.
Malgré des affrontements au point de passage de Kalandya, entre Jérusalem et Ramallah le 5 juin, la Cisjordanie se distingue jusqu’à présent par sa stabilité malgré l’accord Fatah-Hamas qui aurait pu faire craindre pour Israël d’autres scénarios.
Mahmoud Abbas semble, en effet, faire de la stabilité de la Cisjordanie l’un de ses va-tout pour ses démarches devant les Nations Unies. Mais qu’en serait-il si la donne venait à changer si les Palestiniens rentrent bredouilles de New York.

Rappel historique et état des lieux

Entre 1947 et 1948, quelque 800 000 Palestiniens, soit 85% de la population palestinienne, furent expulsés d’environ 500 villes et villages par les forces qui allaient devenir l’armée israélienne puis par Israël. Aujourd’hui, l’essor démographique fait que ce sont plus de 4,8 millions de réfugiés palestiniens qui vivent en Jordanie, au Liban, en Syrie et dans les territoires palestiniens occupé. Il s’agit de la population de réfugiés la plus importante au monde. Israël a adopté dès 1950 une « loi des absents » permettant à l’État israélien de récupérer les biens des Palestiniens empêchés d’habiter leurs propriétés.

En complément

http://www.oummatv.tv/Gaza-La-symbolique-de-la-flottille

Pour aller plus loin, en guise de rappel à l’occasion des mille jours de détention de Marwane Barghouti, le chef militaire du Fatah, incarcéré pour sa responsabilité induite dans des opérations anti israéliennes, se réfer au papier suivant

Du calendrier comme fonction traumatique

En vue de lutter contre la dés-arabisation des villes et villages arabes de la Palestine, ci-joint le lien d’un site documentaire sur la Palestine, contenant la recension des localités et de leur dénomination en arabe.

Références

1- La liste non exhaustive des personnalités qui ont pris la mer pour Gaza:
Olivier Besancenot (NPA), Alima Boumediene-Thiery (sénatrice, les Verts), Jean-Claude Lefort (président de l’AFPS), Julien Bayou (co-fondateur du collectif Jeudi Noir), Alain Bosc (Cimade), Annick Coupé (porte-parole et déléguée générale de l’Union Syndicale Solidaires), Jean-François Courbe (département international de la CGT), Raymond Fabrègues (Coalition contre Agrexco et Confédération paysanne), Laurence Pache, Conseillère régionale Limousin (Parti de Gauche), Georges Gumpel (membre du bureau national de l’UJFP et représentant de l’EJJP), Claude Léostic (vice présidente de l’AFPS), Jean-Paul Lecoq (député du PCF), Catherine Lecoq (Mouvement de la Paix et le Collectif 13 Un bateau pour Gaza), Jo le Guen (navigateur), Oussama Mouftah (Collectif 59 Palestine), Marie Jo Parbot (auteur de BD), Eugène Riguidel (navigateur.

2- Les «marches du retour», scénario catastrophe pour Israël», in Slate Vendredi 10 JUIN 2010 par Hélène Prudhon.