Entretien sur Madaniya pour Afrique Asie.fr

Publié en partenariat avec le site madaniya.info
René Naba : Al-Madaniya, un nouveau site citoyen et civique contre la bunkérisation et la ghettoïsation de la vie politique et sociale

Soixante pour cent (60 %) des canaux islamistes incitent à la haine et à la violence faisant de l’émetteur un participant actif à l’exacerbation des antagonismes, selon les indications fournies lors d’un colloque sur « La protection des journalistes en zone de conflit » tenu à Genève le 18 avril 2014 sous l’égide de l’Institut scandinave des Droits de l’Homme. Interview exclusive avec Afrique Asie.

A A : Pourquoi ce site ?
René Naba. Une décennie calamiteuse s’achève marquée par la destruction des deux anciennes capitales de la conquête arabe, Bagdad, capitale de l’ancien empire abbasside, en 2003, Damas, en 2013, ancienne capitale de l’empire Omeyyade, en 2013. Sans le moindre profit, ni pour les Arabes, ni pour les Musulmans. Pour le plus grand profit d’Israël et du bloc atlantiste.
Ce site se veut civique et citoyen, qui sont les deux termes d’une même signification de Madaniya.
La restauration du pouvoir d’État passe par la mise sous son autorité d’un élément fondamental de l’exercice de son droit régalien, la gestion de l’état civil de ses citoyens, c’est-à-dire de l’identité de ses citoyens et partant de la société.
Le communautarisme est la bunkérisation et la ghettoïsation de la vie politique et sociale. Une fausse défense de la spécificité. Elle est contraire à la démocratie en ce qu’il consacre des situations d’inégalité par la caution d’autorités extranationales. L’État par sa fonction de neutralité doit s’imposer à tous dans une fonction d’harmonisation des droits d’une société.
Dans le domaine de l’information, Soixante pour cent (60 %) des canaux islamistes incitent à la haine et à la violence faisant de l’émetteur un participant actif à l’exacerbation des antagonismes, alors que parallèlement les violations des droits de la presse ont décuplé durant la dernière décennie et qu’une banalisation de l’état d’exception s’est généralisée, selon les indications fournies lors d’un colloque sur « La protection des journalistes en zone de conflit » tenu à Genève le 18 avril 2014 sous l’égide de l’Institut Scandinave des Droits de l’Homme.
Le cadre national a été aboli et la déclinaison médiatique considérablement élargie. La démultiplication des outils de communication individuels (blogs, Facebook, twitter), en superposition aux médias traditionnels, a entraîné une surexposition de l’information et mis en œuvre de nouveaux intervenants sur la scène médiatique, recyclés via la notoriété du micro-blogging en autant d’amplificateurs organiques de la doxa officielle. De véritables prédicateurs des temps modernes, faisant office de nouveaux prescripteurs d’opinion. Des drones tueurs de toute pensée dissidente, rompant avec la traditionnelle retenue des universitaires, à coups d’anathèmes et d’invectives, d’attaques ad hominem, pour l’intimidation et la criminalisation de leurs contradicteurs. Une évolution amorcée aux États-Unis par les néoconservateurs, en 2003, lors de l’invasion américaine de l’Irak et définitivement consacrée par les intellectuels organiques français, lors de la bataille de Syrie, dix ans plus tard.

A A : Quelle forme revêtira votre démarche ?
René Naba. Ce site se veut aussi un lanceur d’alerte. Il nourrit l’ambition d’assumer la fonction d’un vigile exigeant des abus de pouvoir, des passe-droits, des manipulations de l’opinion, tant dans le Monde arabe qu’au sein de son environnement proche et lointain, avec le secret espoir que le printemps tant espéré fleurisse réellement et ne soit flétrie par les imposteurs et les impotents.
Le texte, le contexte, le prétexte : Ces trois éléments guideront notre souci dans la production de l’information de Madaniya en ce qu’il importe d’analyser les textes dans leur contexte, en soumettant à l’opinion de nos lecteurs les prétextes qui animent les stratégies de communication, en amont, particulièrement en période de crise en ce que « la liberté d’information est un leurre, si l’information sur les faits n’est pas garantie et si ce n’est pas les faits eux-mêmes qui font l’objet du débat » – Hanna Arendt.
La démocratie, longtemps l’apanage des grands pays occidentaux, n’est plus ce qu’elle était, dévoyée par son discours disjonctif, dévoyée par sa connivence avec les potentats. Au Moyen orient, les pays occidentaux mènent une « Carbon Democracy », privilégiant la préservation de leurs intérêts énergétiques au détriment la liberté des peuples.
Voir à ce propos les campagnes de désinformation, entachée de surcroît par de fréquentes manipulations de l’opinion, de l’incident du Golfe de Tonkin, en 1972, qui servira de prétexte au bombardement américain de Hanoi, à la maternité saccagée du Koweït, qui retournera l’opinion internationale en faveur d’une ferme intervention contre l’Irak, en 2000, à l’éprouvette de Colin Powell, attestant faussement de la production de l’uranium enrichi en Irak, la justification de l’invasion américaine de l’Irak, en 2003
Dénoncer et combattre l’instrumentalisation de la religion comme arme de combat politique. Prôner la neutralité de l’État, de même que la séparation de la religion de l’État
. Réclamer un statut civil identique à l’ensemble des concitoyens. Promouvoir la citoyenneté et non l’appartenance communautaire.
Sur le plan stratégique, il appartient aux Arabes, et non à l’Otan, de livrer leur propre bataille pour la liberté et l’égalité. Pour la dignité et le pluralisme. Aux Arabes de s’opposer à toute dictature, républicaine qu’elle soit ou monarchique. De rompre avec la logique de vassalité. De répudier la mentalité de supplétif. De garder présent à l’esprit le piège de Kaboul, le plus grand détournement de combat de la Palestine vers l’Afghanistan. De bannir l’esprit de revanche et la soif de revanche de nos mœurs politiques, par un dépassement des clivages qui tétanisent le Monde arabe par une sublimation de ses différences, par un dépassement de ses clivages.
Le combat à mener est tous azimuts, sans relâche, sans concession. « Ad Dinne Lillah Wal Watan Lil Jamih ». La religion relève de Dieu et la Patrie appartient à tous ses concitoyens. Tel est le principal objectif de ce site qui passe par la promotion d’une culture des droits de l’homme et la promotion de la notion de citoyenneté et du sens civique, une révolution dans l’ordre mental arabe.
Le chantier est immense. Il se heurtera à la suffisance intellectuelle et l’inconsciente désinvolture criminelle des dirigeants et des intellectuels de cour, à la pesanteur des féodalités communautaristes, la base de leur pouvoir.

A A : Sur le plan personnel quelle satisfaction en tirez-vous ?
René Naba. La preuve qu’il ne faut jamais déserter le combat face aux ennemis.
Le 1er septembre 1969, le signataire de ce texte faisait ses premiers pas de correspondant de guerre au bureau régional de l’Agence France Presse (AFP) à Beyrouth. 45 ans plus tard, ce même 1er septembre, nourri d’expériences et de connaissances, mais également du même enthousiasme, il se remet à la tâche, à travers le site Madaniya, pour impulser un débat sur la démocratisation de la sphère euro arabe, sans le moindre adossement à une quelconque structure étatique ou para étatique pour sa substance intellectuelle ou sa subsistance matérielle. Guidé uniquement par une exigence morale et une rigueur intellectuelle, le civisme et le sens de la responsabilité, – sa ligne éditoriale constante – en vue d’inciter l’ensemble des Arabes et aux autres peuples de la région, au-delà de leur clivage, à se prendre en charge par eux-mêmes. De cesser d’être la risée du Monde pour en forcer le respect.
« Au XXe siècle, à l’époque de la montée du totalitarisme, le fascisme et le nazisme, les États ont failli, en cédant sous la pression de groupuscules minoritaires…Ce n’était pas les fascistes qui avaient fait sombrer la République de Weimar mais le manque de démocrates », disait non sans raison Richard von Weizsäcker, président de la République Fédérale Allemande de 1984 à 1994. Gardons présent à l’esprit cette leçon d’histoire.
Bienvenue aux démocrates, où qu’ils soient, pour faire de cette agora leur point de ralliement, le camp des démocrates, si désormais minoritaire dans le Monde, pour y mener, simultanément, le combat contre les tyrans arabes ou non arabes et contre la tyrannie de la pensée occidentale.
Pour y mener conjointement le combat pour la démocratie. Le combat du dernier quart d’heure. Celui que l’on mène le dos au mur, en compagnie des fidèles résolus, à la volonté trempée dans l’acier de la conviction, pour y retourner le sort de la bataille. Pour l’honneur et la dignité de l’humanité.

René Naba est journaliste et écrivain. Membre du groupe consultatif de l’Institut scandinave des Droits de l’Homme-Genève, il est chargé de la coordination éditoriale du site www.madaniya.info

Entretien réalisé par Afrique Asie.fr le 15-09-2014. http://www.afrique-asie.fr/menu/actualite/75-a-la-une/8246-rene-naba-al-madaniya-un-nouveau-site-citoyen-et-civique-contre-la-bunkerisation-et-la-ghettoisation-de-la-vie-politique-et-sociale.html

Illustration

© Madaniya.info

 

Laisser un commentaire

*