Thursday, June 13, 2024
Actualités & Flashback


L’ONU gangrenée par la censure

«Il est dangereux d’être ennemi de l’Amérique, mais il est deux fois plus dangereux d’être son ami». Dicton Arabe Un…

By René Naba , in Actualités Diplomatie , at 5 juillet 2017

«Il est dangereux d’être ennemi de l’Amérique, mais il est deux fois plus dangereux d’être son ami». Dicton Arabe

Un ancien haut fonctionnaire de l’ONU préconise le boycottage d’Israël en vue d’infléchir la politique de l’État Hébreu et de favoriser la solution à deux états

Mme Rima Khalaf, ancien haut fonctionnaire de l’ONU, a préconisé le boycottage d’Israël et sa comparution devant la Cour pénale Internationale en vue d’infléchir la politique de l’État Hébreu et favoriser la solution à deux états (Palestine-Israël).

Son appel au boycottage d’Israël fait écho à un appel similaire lancé peu de temps auparavant par la prestigieuse publication américaine «New York Review of Books» dans la foulée de l’accélération de la colonisation israélienne de Jérusalem et de sa périphérie. Paru le 13 octobre 2016, le texte a été signé par 70 personnalités.

Une des personnalités arabes ayant occupé l’un des plus hauts échelons de l’organisation internationale, le poste de Secrétaire exécutive de la Commission économique et sociale pour l’Asie occidentale (ESCWA-CESEA0) avec rang de secrétaire générale adjointe, Rima Khalaf, réputée pour son intégrité et sa compétence, avait auparavant dirigé le fameux «rapport sur le développement économique arabe» pointant les dysfonctionnements du système politique, économique, et culturel arabe.

L’ESCWA-CESEAO compte 18 États arabes. Rima Khalaf est titulaire d’une licence en Sciences Économiques de l’Université américaine de Beyrouth et d’un PH.D en System Science de la Portland State University.

«Il ne saurait y avoir de solution à deux états (Israël-Palestine) ou toute autre solution, sans le démantèlement préalable du système de discrimination raciale régissant la vie politique en Israël, a t-elle déclaré au cours d’une conférence de presse à Beyrouth, le 17 mars 2017.

Elle a en conséquence recommandé «la comparution d’Israël devant la Cour Pénale Internationale et le soutien au mouvement de boycottage d’Israël», comme moyen de pression en vue d’inciter l’État Hébreu à modifier sa politique.

L’ESCWA-CESEAO s’était appuyé sur les définitions de l’apartheid telles qu’elles apparaissent dans le droit international. Le document met en cause la «stratégie de fragmentation du peuple palestinien», constitué de quatre groupes à savoir les Palestiniens citoyens d’Israël, ceux de Jérusalem-Est; ceux de la Cisjordanie et de la bande de Gaza, et enfin les réfugiés et exilés hors de Palestine.
L’universitaire palestinienne a démissionné de son poste de directeur exécutif de la Commission Économique et Sociale pour l’Asie occidentale (CESEAO-ESCWA) en signe de protestation contre «les pressions exercées sur elle visant à obtenir le retrait d’un rapport commandé par l’ONU dans lequel elle qualifiait «Israël, d’État raciste». «Je démissionne pour laisser la place à d’autres de faire ce que ma conscience m’interdit de faire», a t-elle conclu.

Le cas du rapport sur «l’injustice dans le Monde arabe et les moyens d’y mettre fin»

www.madaniya.info a pu prendre connaissance des grandes lignes du «Rapport sur l’Injustice dans le monde arabe et les moyens d’y mettre fin» commandé par l’ONU et, paradoxalement, censuré par l’organisation internationale. Le site a souhaité porter à la connaissance de ses lecteurs les grandes lignes de ce rapport.

Le rapport pointe sans concession et à juste titre l’écrasante responsabilité du leadership arabe dans l’affaiblissement du Monde arabe. Il ne constitue pas pour autant un exercice d’autoflagellation, qui fait le délice des traditionnels arabophobes à travers le Monde. Il n’exonère pas pour autant les Occidentaux, fustigeant avec la même sévérité, leur responsabilité dans le désordre qui agite le Monde arabe.

«Le nombre de sanctions infligées par les États-Unis et l’Union Européenne à des pays tiers a surpassé en nombre la totalité des sanctions imposées par la totalité des autres pays et de l’ONU aux pays coupables. (page 186)… La justice pénale internationale: Une justice exclusivement au détriment des faibles, mentionne le rapport (page 181), mettant en relief la politique d’humiliation et de punition menée par les pays occidentaux du temps de leur hégémonie.

Ci joint les principaux passages de ce rapport qui constitue un constat, sans concession, sans appel.

– «Une boule de feu consume le Monde arabe en proie à des guerres civiles et des conflits religieux qui délitent son tissu social, contraignant les états à abdiquer leur souveraineté, sous la pression des puissances étrangères, plaçant la population face à un douloureux dilemme: le choix entre le mauvais et le pire, le choix de l’injustice subi dans son propre pays ou l’injustice dans un pays d’exil. Le choix entre l’humiliation et la mort.

«Le Monde arabe est l’unique zone du Monde où subsiste un fait colonial classique (Palestine), la première zone du XXI me siècle, théâtre d’une occupation officielle étrangère (invasion américaine de l’Irak en 2003).

«Bon nombre de pays arabes ont été forgés par le colonialisme et pâtissent de ce fait d’un défaut de légitimité structurelle. Les pays arabes ne jouissent pas d’une réelle indépendance. Bien au contraire, leur dépendance vis à vis de l’extérieur s’est accentuée.

(NDA: Le rapport fait, semble-t-il, particulièrement allusion aux pétromonarchies du Golfe passées du protectorat britannique à l’imperium américain, sans le moindre délai de latence, dans la foulée de l’Indépendance octroyée par le Royaume Uni aux anciennes principautés de la Cote des Pirates, dans la décennie 1970.

– «Du fait de l’arbitraire, le citoyen arabe ploie sous l’effet de la violence de matérielle et morale. Et du fait d’une économie compradore, la pauvreté s’est accentuée et la richesse des riches s’est amplifiée

– «La répression et la corruption constituent les fondements du pouvoir arabe en ce que la majorité des gouvernements arabes ne tire pas sa légitimité de la volonté populaire, mais d’un appui extérieur; un fait qui les conduit à mener une politique conforme aux intérêts de leurs protecteurs.

– «En dépit des dégâts infligés par les forces étrangères en Palestine et en Irak, les élites dirigeantes du Monde arabe continuent de solliciter leurs interventions, alors qu’il est de notoriété publique que les forces étrangères ne protègent que leurs propres intérêts et ne tranchent une bataille qu’en leur faveur.

«L’injustice est à la base de la destruction du Monde arabe; tant l’injustice subie par sa population que l’injustice infligée par l’élite dirigeante des pays arabes et les forces étrangères qui se sont arrogés la liberté d’abuser de la zone et de sa population et plus récemment par des groupements criminels surgis à la faveur de l’injustice infligée par tant par les États que par les interventions extérieures.

«Si la tolérance a généré la démocratie en Europe, l’entraide a servi de tremplin à l’Afrique pour se dégager de sa servitude, la justice sera le fondement de la prise de conscience dans le Monde arabe, prélude à son développement. La justice est la voie la meilleure pour finir avec la régression, la violence, l’extrémisme, l’occupation et la dictature».
«L’amplification de la violence dans le Monde arabe, de même que la montée en puissance des idéologies éradicatrices et frappant d’apostasie quiconque prône la diversité, parallèlement, à l’accentuation dans le tiers des pays arabes ont été générées par l’