Wednesday, June 12, 2024
Actualités & Flashback


La sourde rivalité entre l’Arabie saoudite et les Emirats Arabes Unis 1/3

La sourde rivalité entre l’Arabie saoudite et les Emirats Arabes Unis 1/3 Quand Abou Dhabi espionne l’Arabie saoudite 1/3 Une…

By René Naba , in Actualités Arabie saoudite International Politique , at 20 mars 2023

La sourde rivalité entre l’Arabie saoudite et les Emirats Arabes Unis 1/3

Quand Abou Dhabi espionne l’Arabie saoudite 1/3

Une sourde rivalité oppose les deux dirigeants les plus riches des pétromonarchies du Golfe, l’Arabie saoudite et les Emirats Arabes Unis, dont l’enjeu, pour l’Arabie saoudite, est de substituer Ryad à Doubai en tant que plaque tournante du commerce trans-régional, le siège continental des firmes internationales, le siège des grands médias. Sous une apparente connivence, la constitution d’un Fonds commun d’investissement, la lutte est féroce, exacerbée par leurs profondes divergences sur la conduite de la guerre du Yémen, au point qu’Abou Dhabi a infiltré les principaux rouages de l’État saoudien pour espionner le prince héritier saoudien Mohamad Ben Salmane.

Retour sur cette rivalité

L’ordre de préséance : Le prince héritier saoudien Mohamad Ben Salman a été nommé fin septembre 2022 premier ministre d’Arabie saoudite, se substituant ainsi à son père le Roi, malade. Cette promotion accompagnée de la confirmation de ses deux frères puînés, Khaled (Défense) et Abdel Aziz (Énergie) à des postes-clés du pouvoir, font de MBS de facto le souverain effectif du Royaume.

Et, en lui conférant le statut de dirigeant d’état, à défaut d’homme d’état, place l’impulsif héritier à l’abri de poursuites judiciaires, particulièrement de la part des États-Unis.

Cette promotion est concomitante de l’accession du prince héritier d’Abou Dhabi Mohamad Ben Zayed à la fonction de Président des Émirats arabes unis, à la suite du décès de son propre frère, le gouverneur d’Abou Dhabi.

Les deux partenaires de la contre-révolutionnaire arabe se trouvent ainsi à égalité sur le plan protocolaire, mais sans que cela exclut une sourde rivalité entre eux.

L’absence de l’Arabie saoudite du mini sommet arabe d’Abou Dhabi, le 18 janvier 2023, consacré aux modalités de renflouer les économies défaillantes de l’Égypte et de la Jordanie, les deux premiers arabes normalisateurs avec Israël, a pu être interprétée par bon nombre d’observateurs comme un indice d’une vive tension persistante entre les deux anciens prince héritiers belliqueux MBS et MBZ, tout comme l’absence de celle du président des Émirats Arabes Unis au sommet arabe du Golfe, organisé par l’Arabie saoudite en l’honneur du président chinois.

Abou Dhabi serait irritée du grignotage permanent de l’Arabie saoudite de son rôle diplomatique régional et le sommet qu’elle a organisé relèverait d’une manœuvre suggérée par les Américains en vue de réduire la voilure saoudienne.

Le prince héritier saoudien MBS: un loser, impulsif et autocratique.

1 – Supplanter Doubaï dans le rôle de la principauté gazière, plaque tournante de la finance transrégionale.

Cinq ans après avoir déclenché une guerre fratricide contre le Qatar pour châtier la principauté gazière de lui avoir ravi la vedette dans la direction des opérations lors de la séquence dite du «printemps arabe», particulièrement pour avoir provoqué la chute du meilleur allié arabe de l’Arabie saoudite, le président égyptien Hosni Moubarak, le royaume saoudien s’attaque désormais à son partenaire de la contre révolution arabe, les Émirats Arabes Unis.

Sur la guerre picrocholine Arabie saoudite-Qatar, cf, ce lien : https://www.madaniya.info/2017/06/08/arabie-saoudite-qatar-guerre-freres-ennemis-wahhabisme-guerre-de-defausse/

La crise de l’OPEP en juillet 2021 n’était qu’un prétexte. Le conflit entre les deux belliqueux dirigeants du Golfe a pour origine apparente la volonté de la dynastie wahhabite de supplanter Doubaï dans le rôle de plaque tournante de la finance trans-régionale et du divertissement international, en vue de faire de la capitale saoudienne, le pôle de référence régionale dans la perspective de la mise en œuvre de son grandiose projet NEOM 2030.

La visite du sultan d’Oman Haïtham Ben Tareq en Arabie Saoudite, en juillet 2021 a été perçue par les observateurs régionaux comme étant un indice sur le changement des alliances du Royaume dans la région du Golfe. Cette première visite du sultan omanais depuis son intronisation a été marquée par l’ouverture du premier point de passage terrestre reliant l’Arabie saoudite et le Sultanat d’Oman, à travers lequel Mascate s’emploie à diversifier ses circuits et canaux commerciaux.

L’Arabie saoudite chercherait plus précisément à détrôner la place forte de Doubaï, notamment la zone franche de Jabal Ali au bénéfice de Riyad, comme tend à le suggérer le transfert, à l’automne 2021, du siège de la chaîne saoudienne Al Arabia de Doubaï vers la capitale de l’Arabie. Mais si les grands médias saoudiens ont effectivement déserté Doubaï pour se replier sur Riyad, les grandes firmes internationales rechignent à en faire de même pour leur siège régional, en raison de l’attractivité et la permissivité de la principauté, et du conservatisme de la population saoudienne.

Mohamad Ben Salmane, le prince héritier saoudien, s’est appliqué depuis deux ans à rendre attractive la vie en Arabie saoudite, en assouplissant la règle contraignante du parrainage (KAFALA), qui oblige tout investisseur étranger à être parrainé par un national saoudien en contrepartie d’une rémunération onéreuse, ainsi qu’à faciliter la délivrance de visas de travail aux personnes désireuses de travailler dans le Royaume.

Mais en dépit de ces mesures d’ouverture, beaucoup d’investisseurs étrangers, principalement occidentaux, paraissent réticents à faire le pari saoudien, gardant en mémoire le douloureux souvenir de la séquestration des princes et hommes d’affaires saoudiens, sous couvert de lutte contre la corruption, dans l’affaire dite du «Carlton Ritz».

A propos du projet saoudien de supplanter Doubai dans son rôle de plaque tournante, cf ce lien

2 – La Maison Abrahamique, 2ème pomme de discorde

Autre pomme de discorde: l’édification à Abou Dhabi d’un lieu de culte commun aux religions monothéistes juif, chrétien et musulman): The Abrahamic Family House » ou « La Maison d’Abraham »

Inauguré le 16 Février 2023, sur l’île de Saadiyat, ce lieu devrait symboliser la coexistence religieuse, dans un pays qui compte une population très diverse, d’environ 200 nationalités. Édifié sur l’île de Saadiyat, ce projet a été piloté par l’architecte ghanéen-britannique Sir David Adjaye. Un quatrième espace – qui ne sera affilié à aucune religion en particulier – sera un centre d’éducation où tous pourront se réunir en une communauté dévouée à la compréhension mutuelle et à la paix. Les Émirats abritent déjà des églises, ainsi qu’une synagogue, à Dubaï, depuis 2008. L’église anglicane de Saint André à Abou Dhabi est composée de plus de 50 congrégations de 40 nationalités différentes – avec une moyenne hebdomadaire d’environ 15 000 fidèles.

Mais l’ouverture de ce centre en pleine répression anti palestinienne du nouveau gouvernement suprémaciste israélien a été jugée inopportune par Riyad qui a estimé que cette démarche constituait une prime à l’agression, d’autant plus manifeste que les Emirats Arabes Unis, président en exercice du Conseil de Sécurité, ont dû retirer sous la pression conjointe des américains et des israéliens, une résolution condamnant l’extension des colonies israéliennes dans les territoires palestiniens occupés pour se contenter d’une simple déclaration de la présidence du Conseil de sécurité, sans la moindre valeur contraignante.

3 – Le Yémen: La raison sous-jacente du conflit.

La 3eme raison sous-jacente de ce conflit inter monarchique est le Yémen, qui a fait du Royaume Saoudien, l’objet de la risée universelle, en ce que, –fait sans précédent dans les annales de la polémologie mondiale–, les deux pétromonarchies du Golfe se sont lancées à l’assaut du Yémen, à l’aveuglette en quelque sorte, se livrant à une agression caractérisée contre le plus pauvre pays arabe en l’absence de toute étude minutieuse du champ de bataille, de ses chausses-trappes, de la combativité de leurs adversaires; En dépit, enfin et surtout, de la longue expérience supposée acquise du Royaume saoudien sur son voisin, sur lequel il exerçait une tutelle de fait depuis un demi siècle. Le retour de bâton sera particulièrement douloureux.

Pour aller plus loin sur ce thème, cf ce lien : https://www.madaniya.info/2021/05/07/al-qaida-vole-au-secours-de-larabie-saoudite-dans-la-bataille-de-marib-yemen/

La méfiance est si vive qu’Abou Dhabi a entrepris d’infiltrer les rouages de l’administration saoudienne en vue d’espionner l’Arabie saoudite.

En revanche, MBS a, de son côté, mal supporté que le minuscule Abou Dhabi, s’érige en parrain et tuteur d’un wahhabite, gardien des Lieux Saints de l’Islam et surtout qu’il se mette à l’espionner. Ah Les charmes innombrables des chroniques de ces flibustiers du Golfe!

La décision des États Unis de retirer leurs missiles Patriot de la base aérienne Prince Sultan en Arabie, en septembre 2021, a accru les inquiétudes des deux pétromonarchies, en même temps que la nervosité des Saoudiens, qui redoutent un lâchage d’autant plus possible que les Américains ont déclassifié un rapport du FBI mentionnant une éventuelle implication du Royaume wahhabite dans les attentats du 11 septembre 2001 contre les symboles de l’hyperpuissance américaine

Quatre ans après le partenariat stratégique scellé entre l’Arabie saoudite et les Émirats Arabes Unis en vue de hisser les deux pétromonarchies au dixième rang des puissances économiques mondiales, les relations entre Abou Dhabi et Ryad paraissent fluctuantes.

Leur conflit lors de la session de l’OPEP, en juin 2021, aura constitué la partie visible d’un lourd contentieux accumulé tant à propos de leur approche de leur guerre commune contre le Yémen que de la normalisation en solitaire d’Abou Dhabi avec Israël et de la réconciliation de l’Arabie saoudite avec le Qatar, à l’insu d’Abou Dhabi, enfin à la volonté du Royaume de substituer son projet moderniste NEOM à Doubaï en tant que zone franche régionale des pétromonarchies du Golfe.

La chute de l’américain Donald Trump a déclenché une vaste opération de redistribution des cartes au niveau régional en vue de se conformer à la nouvelle configuration intégrant le désastreux retrait américain d’Afghanistan et l’arrivée du démocrate Joe Biden au pouvoir ainsi que la mise sous veilleuse du projet d’intronisation d’Israël comme nouveau protecteur des pétromonarchies du Golfe.

Première conséquence de cette redistribution, la rivalité Arabie saoudite – Abou Dhabi a éclaté au grand jour au terme de cinq ans d’une entente superficielle, à l’arrière-plan des enjeux des gisements gaziers de la Mer rouge.

Parmi les nombreux autres griefs nourris par le petit Abou Dhabi à l’égard du grand frère saoudien est le rapprochement intervenu entre le Royaume saoudien et le Sultanat d’Oman, qui pourrait, à terme, réduire le rôle diplomatique des Émirats Arabes Unis sur la scène régionale.

Pivot de la présence britannique dans le Golfe, du temps de la pêche de la perle à l’époque où la zone était désignée du terme peu valorisant de «Côte des Pirates», Abou Dhabi s’est progressivement transformé en plate-forme des équipées américaines avec l’hébergement du fondateur de la compagnie des mercenaires Blackwater de sinistre mémoire en Irak, puis de chef de file de la contre révolution arabe (tant en Libye, qu’au Yémen, qu’au Liban); Enfin, sous la présidence de Donald Trump, de chef de file pétro-monarchique de la normalisation avec Israël et corrélativement, de centre mondial de l’espionnage en collaboration avec Israël comme en témoigne l’affaire Pegasus.

Minuscule état, Abou Dhabi a mis à profit l’inexpérience de Mohamad Ben Salmane, à l’accession de son père au trône wahhabite, en 2015, pour faire office de parrain du prince héritier saoudien, particulièrement lors de ses bévues monumentales, (enlèvement du premier ministre libanais Saad Hariri, assassinat du journaliste Jamal Khashoggi). Mais affranchi dorénavant de la tutelle de son aîné encombrant, l’Arabie saoudite est désormais perçue par les Émirats Arabes Unis comme une menace d’autant plus existentielle que l’Arabie a amorcé des contacts directs à Bagdad, avec l’Iran.

Le retrait chaotique américain d’Afghanistan a fait l’effet d’un séisme d’une intensité 9 sur l’échelle de Richter contraignant Abou Dhabi à opérer un rétropédalage vertigineux en vue d’éviter un dangereux isolement, se réconciliant précipitamment avec ses rivaux régionaux, la Turquie, le Qatar, la Libye et en Syrie.

Ci joint les révélations contenues par une série de câbles diplomatiques publiées par le journal libanais Al Akhbar.

3- Le prince héritier saoudien MBS: un looser, impulsif et autocratique.

Dans ce qui apparaît comme un crime de lèse majesté, le petit émirat d’Abou Dhabi a eu l’audace d’espionner son grand frère saoudien, en dépit du fait que les deux pétromonarchies les plus riches du golfe sont convenues de faire «caisse commune» pour une «cause commune».

Sur ce thème, le lien suivant:

Le résultat est édifiant, le jugement d’Abou-d’Dhabi sur le prince héritier saoudien Mohamad Ben Salmane éloquent: Loser, impulsif et autocratique. Tout cela est consigné en toutes lettres dans un rapport en date du 9 Mai 2019, établi par le ministère des Affaires étrangères des Émirats Arabes Unis à l’occasion du 2 me anniversaire de la désignation de MBS comme prince héritier du royaume (1).

Le rapport traite notamment de «la doctrine politique de MBS, de la crise dé légitimité du pouvoir royal saoudien, des conséquences sur le royaume d’une défaite dans la guerre du Yémen, particulièrement de l’impossibilité de reconquérir Sana’a, la capitale du Yémen, aux mains de leurs adversaires houthistes; enfin de l’échec de la mise en quarantaine du Qatar, de la polarisation des diverses branches de la famille royale et de la division de la société saoudienne….. Ces faits cumulés ont généré un affaiblissement de la politique étrangère saoudienne, et partant, du pouvoir de MBS sur le plan interne».

Il ressort de ce rapport, dont le journal libanais Al Akhbar en a publié le contenu, en date du 17 Novembre 2020 (2), qu’Abou Dhabi est agacé par le comportement impulsif de MBS «qui affaiblit la position internationale de l’Arabie saoudite».

Autres griefs: les relations du Royaume avec Israël (sic) ainsi qu’avec le lobby évangéliste aux États Unis et Donald Trump; enfin et surtout la position de l’Arabie saoudite à l’égard de la confrérie des «Frères Musulmans» et du prince milliardaire Walid Ben Talal. Présenté un moment comme un possible rival de MBS, Walid Ben Talal qui entretient d’importantes relations avec les hommes d’affaires américains, a été incarcéré à ce titre, de manière arbitraire au Ritz Carlton, dans le cadre de la «lutte contre la corruption».

A l’intention des locuteurs arabophones, l’intégralité de ce rapport sur MBS sur ce lien تقييم سرّي إماراتي لابن سلمان: متهوّر، فاشل، سلطوي!

Ci- joint les principaux extraits de ce rapport:

4- De la personnalisation du pouvoir et de ses dangers.

L’opération s’est déroulée en deux temps: neutralisation des rivaux potentiels et promotion de jeunes princes à l’allégeance exclusive en faveur de MBS.

«La concentration des pouvoirs aux mains de MBS est fortement critiquée dans les cercles proches du pouvoir saoudien en ce qu’elle pourrait avoir des conséquences catastrophiques sur le prince héritier saoudien en le privant d’un débat contradictoire et partant de l’empêcher de prendre connaissance de la diversité des opinions qui agitent la société saoudienne».

A- La neutralisation des personnalités

«MBS a procédé à la neutralisation de tous ses rivaux potentiels pour assurer un exercice solitaire du pouvoir par l’élimination des personnalités suivantes:

Mouteb Ben Abdallah, fils de l’ancien Roi Abdallah et prince héritier en second, ancien commandant de la Garde Nationale saoudienne, la garde prétorienne de la dynastie wahhabite.

Khaled Ben Sultan, fils de l’ancien ministre inamovible de la défense pendant un demi siècle, le prince Sultan, et ancien interface du Général Norman Schwarzkopf, commandant en chef de la coalition internationale lors de la première guerre du Golfe dite «tempête du désert», en 1990. Khaled était également propriétaire du journal transfrontière Al Hayat.
Khaled a dû céder au Roi du Maroc, sa luxueuse demeure du Champs de Mars à Paris, près de la Tour Eiffel.

Mohamad Ben Fahd, fils de l’ancien Roi Fahd ainsi que Walid Ben Talal.
A propos de Walid Ben Talal, cf ce lien : https://www.renenaba.com/le-prince-walid-ben-talal-le-tycoon-de-la-generation-de-la-releve/

B – Promotion des personnalités suivantes:

Le prince Abdel Aziz Ben Saoud Ben Nayef, petit-fils de Mohamad Ben Nayef, l’ancien prince héritier, que MBS a évincé pour prendre sa place, a été nommé ministre de l’Intérieur, à la place de son grand-père.

Le prince Turki Ben Talal, gouverneur de la province d’Al Assir. Premier membre de la lignée Al Talal à accéder à un poste officiel. La propulsion du prince Turki à la tête de cette province du sud du Royaume, frontalière du Yémen et du Roubh Al Khali paraît destinée à compenser la maltraitance infligée à son parent Walid Ben Talal.

Abdallah Ben Bandar, fils de Bandar Ben Sultan, l’ancien capo di tuti capi du terrorisme islamique de la guerre de Syrie, a été nommé chef de la garde nationale.

Sa sœur, la princesse Rym Bint Bandar, ambassadrice à Washington, dans la foulée de l’équarrissage du journaliste saoudien Jamal Khashoggi; un poste précédemment occupé par son père. A propos de Bandar Ben Sultan, l’ancien «great gatsby» du cénacle diplomatique de Washington, cf ce lien: https://www.renenaba.com/syrie-clap-de-fin-pour-robert-ford-et-bandar-ben-sultan/

Le Prince Turki Ben Hazloul Ben Abdel Aziz, cousin maternel du nouveau chef de la garde nationale, Vice gouverneur de Najrane. Située à l’extrême sud-ouest du Royaume, à la frontière avec le Yémen, cette province est revendiquée par Sana’a.

Le Prince Abdallah Ben Farhane, ami du prince héritier, vice- ministre de la culture.

Ces promotions se sont accompagnées d’une exigence d’allégeance directe des promus au prince héritier saoudien. Un principe étendu aux officiers supérieurs de l’appareil sécuritaire du Royaume, de la garde nationale, des services de renseignements de manière à contourner les vieux caciques du régime.

5– De la consolidation de la monarchie selon une dévolution nouvelle du pouvoir pour les wahhabites.

«Instaurer une succession héréditaire, une succession filiale, de père en fils, et non comme il était d’usage auparavant, selon la loi de primogéniture, qui consistait à conférer la succession dynastique au plus ancien de la génération la plus ancienne. Jusqu’ à présent le pouvoir revenait à l’aîné des fils du Roi, puis à son frère cadet puîné etc.. «Ce bouleversement majeur, sans doute le plus important depuis le décès du fondateur du Royaume, le Roi Abdel Aziz Al Saoud, en 1953, marquera la fin de la dynastie Al Saoud au profit de la dynastie Al Salmane.

  1. Le positionnement de la famille royale à l’égard de la réforme de la dévolution du pouvoir
  2. Abdel Aziz Ben Abdallah, fils de l’ancien Roi Abdallah, fait office au sein de la famille royale de chef de file des opposants à cette réforme.
    Réfugié en France, considéré comme un opposant en exil, il compte sur un soutien d’un nombre limité de princes.
  3. Les partisans de la réforme se recrutent principalement parmi les jeunes princes qui considèrent MBS comme le véritable sauveur de la dynastie, son rempart face aux menaces qui planent sur le Royaume tant sur le plan interne qu’externe.
  4. Le 3 me groupe, attentiste, est constitué de l’immense majorité des lesquels pencheront du côté du vainqueur quel qu’il soit afin de préserver leur privilège, lui exprimant sa gratitude, même à contrecœur.
6- Le recours à des firmes israéliennes pour le pistage des opposants saoudiens.

…«MBS a imposé arbitrairement des réformes controversées à cette société patriarcale et conservatrice, sans recourir à l’avis des instances religieuses, piliers de la dynastie, comme cela avait été le cas auparavant.

Parmi ces mesures figurent l’imposition de la mixité au sein de certaines administrations de l’état, la conduite automobile pour la gente féminine, la réduction des pouvoirs de la police religieuse «Al Moutawah’a», et, dernier et non le moindre, la nomination des personnes du sexe féminin à des postes de responsabilités; enfin la création de centre de loisirs et de divertissement, considérés par les ultra conservateurs comme des lieux de débauche.

7- La répression corollaire de l’ouverture

Cette libéralisation s’est accompagnée de l’accentuation de la répression et de l’encadrement des opposants, ce qui a eu pour effet de durcir l’opposition saoudienne en exil. Dans cette perspective, l’Arabie saoudite a eu recours à des firmes israéliennes pour la traque des opposants de la diaspora saoudienne, en ayant recours au logiciel israélien PEGASUS.

Pour aller plus loin sur ce thème, cf ce lien:

Sur la méthode expéditive de la dynastie wahhabite dans la répression des opposants saoudiens, cf ces liens:

8- La lutte contre la corruption

Cette campagne menée avec effet rétroactif a visé à récupérer des milliards de dollars -107 milliards de dollars- détenus par les grands princes de la famille royale et les hommes d’affaires. Elle a bénéficié d’un fort soutien des élites saoudiennes, qui considèrent que ce gigantesque coup de filet a constitué une réalisation importante à mettre à l’actif du prince héritier saoudien.

Sur cette affaire, confère ce lien : https://www.challenges.fr/monde/moyen-orient/arabie-saoudite-le-triste-sort-des-prisonniers-du-ritz_648214

9- La modernisation du fonctionnement de l’appareil judiciaire.

«Cette réforme a visé à évacuer l’engorgement du système judiciaire. Elle a toutefois exclu les affaires ayant trait aux Droits de l’Homme en raison du fait que ce sujet a été jugé par MBS comme relevant de la sécurité du Royaume en ce qu’il touche à la liberté d’expression et la liberté de l’information. Nonobstant cette exception, MBS a réalisé en deux ans d’importantes réformes dans le domaine judiciaire.

10 – La guerre ouverte contre les groupements islamistes.

En 2014, l’Arabie saoudite a décrété la confrérie des «Frères Musulmans» comme étant une organisation terroriste, alors que la confrérie a servi de carburant dans la lutte contre le nationalisme arabe à l’apogée du Nassérisme, dans la décennie 1950-1960.

«De l’ostracisation des Frères Musulmans, il en est découlé les mesures suivantes l’expurgation les programmes universitaires et scolaires de la littérature confrérique avec l’exclusion de tous les adhérents et sympathisants des postes de responsabilité au sein de l’enseignement.
Cette mesure s’est accompagnée de la montée en puissance des organisations de lutte contre le terrorisme, notamment le «Centre International de Lutte contre le Terrorisme» et le «Centre International de Lutte contre les Pensées Extrémistes».

Autre mesure d’accompagnement aura été la fermeture des sites confrériques ou proches de leur idéologie ainsi que l’expulsion des faiseurs d’opinion relevant de leur sensibilité idéologique.

Sur les rapports entre l’Arabie saoudite et les Frères Musulmans, cf ces liens:

10- Modification de la teneur du discours religieux.

«Des instructions ont été données pour que le discours religieux soit conforme aux nouvelles orientations du pouvoir saoudien. Modification des thèmes des prêches du vendredi à La Mecque. Le nouveau ministre des Affaires Musulmanes, Abdel Latif Al Cheikh, a ainsi ordonné l’expulsion de plusieurs prédicateurs des mosquées saoudiennes.

Bon nombre d’observateurs ont toutefois mis en garde contre les dangers résultant de la mise en avant sur courant salafiste et sa prééminence sur la doctrine wahhabite, ce qui pourrait avoir pour effet d’accentuer la division entre l’appareil religieux wahhabite, un des piliers de la dynastie Al Saoud, et le régime Al Salmane.

Le 2eme volet de ce rapport porte sur la politique étrangère de l’Arabie saoudite sous MBS.

Note

1- le rapport a été établi par le département des études des pays du Golfe du ministère des affaires étrangères et adressé par Mohamad Mahmoud Al Khajja, directeur du cabinet du ministre, à M. Anouar al Karckache, ministre d’état au sein du même ministère. A la demande du ministre en titre de ce département, le prince Abdallah Ben Zayed, membre de la famille princière, le rapport a été transmis directement à MBZ, gouverneur effectif de l’émirat.

Constitué par une combinaison d’analyses et d’informations d’ordre privé, il révèle la capacité de pénétration des Émirats dans les rouages du pouvoir monarchique saoudien, particulièrement le prince héritier Mohamad Ben Salmane et son entourage.

– Récidiviste en la matière, le journal libanais avait d’ailleurs publié en 2018-2019 la correspondance diplomatique de l’ambassade d’Abou Dhabi à Beyrouth avec son ministère de tutelle, révélant le prurit belligène de la principauté tant vis à vis du Yémen que du Soudan que du Maroc ainsi que son intention d’instrumentaliser des personnalités chiites libanaises pour neutraliser le Hezbollah Libanais.