Putsch au Mali, réponse au porte-parole de la junte en Europe

Cher Bakary Mariko

Merci de bien vouloir me désactiver de ta mailing liste

Je suis si triste que tu cautionnes un aventurisme militaire qui précipite le Mali vers l’inconnu.

Il eut été plus sage pour tes parrains de présenter des doléances au prochain président démocratiquement élu et d’exiger des comptes de son prédécesseur. Une démarche qui aurait eu valeur de pédagogie et de thérapie.

La place d’une armée est aux frontières pour la défense de l’intégrité territoriale du pays et sa souveraineté non dans les palais présidentiels.

Ces militaires ont été formés, éduqués, nourris et blanchis sur le budget de la nation. Pour la défendre non pour se substituer à elle. Sans le moindre mandat légitime, sans le moindre pouvoir autre que celui de la force.

Le fichier électoral est un piètre prétexte.

Je n’ose imaginer la stupéfaction et la désolation de tes anciens compagnons de lutte à l’annonce de ton ralliement à la junte militaire, des compagnons de lutte dont certains nous sont des amis communs.

Le Sénégal, voisin du Mali et son ancien partenaire au sein de la Fédération du Mali, vient d’administrer à la face du Monde une belle leçon de démocratie, en mettant en œuvre une alternance paisible.

La grandeur du Mali aurait été de donner cet exemple là et non de souiller son image par une équipée incontrôlée d’un quarteron de putschistes.

Il n’est pas sain de donner au pays et au monde, l’image d’un opportunisme hideux.

Signé René Naba
Militant de la cause africaine.

Communiqué n°1 du porte-parole du CNRDR en Europe

  • Mesdames, Messieurs,

    Il y a, dans la vie d’une nation comme dans celle d’un homme, un moment où tombe le dernier voile pour laisser crûment paraître la vérité.
    Les crises inextricables dans lesquelles s’enfonçait notre pays depuis quelques mois étaient autant de signaux d’urgence qu’il n’était plus possible d’ignorer.

    Après des années d’échappatoires et de solutions illusoires, de rapetassages et de ravaudages, d’atermoiements, d’hésitations, d’aveuglement volontaire et de surdité collective orchestrés par un seul homme.

    Aujourd’hui, la réalité nous a rattrapés, nous sommes au bout du bout et notre vaillante Armée nationale, creuset de la nation malienne par excellence, a, une fois de plus, décidé d’assumer son devoir et sauver la République et ses institutions !
    Ainsi, face à l’incapacité indiscutable du régime de Mr Amadou Toumani TOURÉ à gérer la crise qui sévit au nord du pays en dotant les forces armées et de sécurité des moyens matériels et d’équipements adéquats ; devant le risque croissant de la partition du pays et la disparition de l’unité nationale ; dans le contexte d’impossibilité de la tenue des élections générales en 2012, en raison de la mauvaise qualité du fichier électoral délibérément provoquée par le pouvoir en place.

    Les composantes des Forces Armées de Défense et de Sécurité du Mali, organisées en Comité National pour le Redressement de la Démocratie et la Restauration de l’État (CNRDRE), ont, le 22 mars 2012, mis fin au régime autocratique de Mr Amadou Toumani TOURÉ.

    Mesdames, Messieurs,

    Ce sauvetage des Institutions de la République vise à créer des conditions appropriées devant permettre à l’ensemble des forces vives de la Nation, sans aucune distinction, de travailler à la préservation et au développement du pays ;
    restaurer le patriotisme et assurer la défense de la souveraineté nationale en mettant l’homme qu’il faut à la place qu’il faut élaborer une liste électorale fiable et incontestable, aux fins d’organisation des élections transparentes ; restituer le pouvoir à un Président démocratiquement élu dès que l’Unité nationale et l’intégrité territoriale seront rétablies.

    En ces moments particulièrement graves pour notre pays, où les citoyens ont un besoin vital de s’informer, il n’est nullement question d’un individu et de son gouvernement, mais du Mali.
    Le CNRDRE, par ma voix, s’engage à travailler avec chaque malienne et à chaque malien de l’intérieur comme de l’extérieur épris de paix et de justice.

    Le CNRDRE a besoin d’être accompagné avec les bénédictions de l’ensemble de nos compatriotes pour la réussite des nobles missions que l’Histoire lui a assignées.

    En ces moments critiques de la vie de notre nation, le CNRDRE lance un vibrant appel à toutes les maliennes et à tous les maliens épris de paix et de justice, d’œuvrer à la mise en œuvre de la réconciliation et du pardon.

    Vive le Mali, Vive le CNRDRE
    Debout sur le champ d’honneur et de la dignité, unis et déterminés nous allons triompher.
    Dieu bénisse le Mali

    P/le CNRDRE – Paris, le 23 mars 2012, Le Porte-parole en Europe
    Monsieur Bakary MARIKO

Laisser un commentaire

*