Interview de René Naba : La bataille de Gaza

By , in Entretien Palestine on .

Gaza: la bataille de Gaza marque le triomphe de l’esprit de résistance face à la logique de vassalité à l’ordre israélo-américain.

Interview de René Naba à Radio Téhéran (section francophone) Dimanche 20 juillet 2014

Principaux points:


1 – La bataille de Gaza marque le triomphe de l’esprit de résistance face à la logique de vassalité à l’ordre israélo-américain. Le triomphe de ceux qui se sont refusés à un alignement sectaire si corrosif du printemps arabe, le triomphe de la ligne préconisée par la branche militaire du Hamas et du Jihad Islamique, désormais l’interlocuteur privilégié des Iraniens, du côté palestinien.


2 – Gaza a constitué une victoire psychologique d’une portée internationale pour les Palestiniens en ce qu’elle replace la revendication palestinienne au centre du débat public international, loin des désastreuses dérives du djihadisme erratique d’inspiration pétro monarchique. Elle a apporté la preuve que quelques salves de missiles tirées sur Israël, d’une enclave sous blocus depuis dix ans, peut paralyser la vie d’une des puissances militaires majeures de l’hémisphère sud.


3 – Israël piégé, dans l’impasse
-Piégé: L’opération terrestre engagée par l’armée israélienne à Gaza constitue une faute stratégique en ce que la présence au sol des soldats israéliens, au contact de résistants palestiniens aguerris, va fonctionner comme un piège sur les assaillants.
-Dans l’impasse: Israël ne pourra continuer indéfiniment ce massacre, Poursuivre son offensive, avec son cortège quotidien de victimes palestiniennes, fera tanguer bon nombre de trônes pétro-monarchiques à l’approche de la fête du Fitr, qui marque la fin du jeune du Ramadan.

4- Gaza peut entre-ouvrir la porte du Hamas à Téhéran en ce que les missiles tirés sur les villes israéliennes sont de fabrication iranienne de même que les drones. Et non du Qatar où trône le chef politique du Hamas, Khaled Mecha’al, ni non plus d’Arabie saoudite, plus préoccupée par la défense de son territoire d’un éventuel assaut du nouveau calife Ibrahim Abou Bakr Al Baghdadi al Quoureichi, son ancienne créature.
La France

5- L’interdiction d’une manifestation pro palestinienne à Paris, la ville lumière, capitale de la patrie des droits de l’homme, une décision à contre courant de l’ensemble des capitales occidentales, constitue un signe de régression morale et mentale en ce que la France paie, rétrospectivement, les turpitudes de sa propre histoire et de son passif colonial et post colonial.

6- L’arabophobie et son corollaire l’Islamophobie constituent une compensation au rabais de la judéophobie latente qui gangrène la société française depuis l’affaire Dreyfus au XIX me siècle, symptôme d’un racisme institutionnel subliminal dans un pays dont la laïcité constitue son dogme républicain mais galvaudé néanmoins par ceux qui ont en charge sa défense.