France Tunisie : Pierre Lellouche, de l’atlantisme au service du sionisme

Ce papier est publié en simultané par renenaba.com et nawat.org,
En témoignage de solidarité pour le rôle majeur joué par ce site alternatif tunisien dans la couverture du soulèvement populaire qui a abouti à la destitution du kleptocrate Zine El Abidine Ben Ali,
En témoignage d’estime à l’un des Co fondateurs du site Malek Khadraoui (1)

À l’ombre de Raymond Aron et de Gabriel Banon.

Pierre Lellouche, qui se présente comme un pur produit de la méritocratie française, n’est pas l’agneau que la version arabe de son patronyme ne le suggère (a3allouche=agneau), et, sous l’apparence de l’eternel jeune premier, se cache un véritable requin de la vie politique française, nullement disposé au rôle de «bouc émissaire».

Ni agneau, ni bouc émissaire, mais un véritable prédateur dont il tempère les aspérités de son personnage par l’évocation de sa jeunesse de gauche dans un kibboutz d’Israël.

Fils d’un restaurateur de condition modeste, ce «juif tune», comme se plaisent à le désigner les sites communautaires du judaïsme institutionnel français, est l’un des Co fondateurs, à 30 ans, de l’IFRI (Institut Français des relations Internationales), le fortin atlantiste de la pensée stratégique de la diplomatie française.

Une intrépidité précoce réalisée sous le double parrainage du sociologue Raymond Aron et du prestataire multicartes franco israélien Gabriel Banon: Raymond Aron, l’un des maîtres d’œuvre de la guerre souterraine culturelle américaine contre l’Union soviétique, à l’apogée de la guerre froide (1945-1989), au sein du Figaro, avec le tandem Pierre Brisson et Annie Kriegel (2), Gabriel Banon, l’interface des Français et des Israéliens lors de l’agression tripartite anglo franco israélienne contre l’Egypte nassérienne, en 1956, et…. futur beau père de Pierre Lellouche qui épousera sa fille, Marie Laure, artiste peintre et mère de ses trois enfants.

Par un curieux hasard, Pierre Lellouche retrouvera le pays de son enfance, en 1994, l’année suivant la signature des accords israélo-palestiniens d’Oslo, où il pratiquera la plongée sous marine au large de Tabarka, à la frontière algéro tunisienne, tandis que son beau père était propulsé conseiller économique de Yasser Arafat, chef de l’OLP.

Gabriel Banon, un prestataire multicartes franco israélien

Ancien officier de liaison franco-israélien, lors de la guerre de Suez, en 1956, Gabriel Banon, de souche judéo arabe, est né le 26 décembre 1928 à Casablanca. Après des études primaires et secondaires au lycée Lyautey au Maroc, il se rend à la fin de la 2me guerre mondiale en France pour poursuivre ses études supérieures. A Lyon où il s’installe, il décroche un diplôme de droit et un diplôme d’ingénieur, puis retourne au Maroc, en 1953, pour épouser une actrice juive égyptienne, Ghislaine Accocca, à la forte personnalité qui passe pour avoir joué un rôle prépondérant dans sa vie. Lors de son service militaire, en 1955-1956, il est détaché par l’armée française comme officier de liaison au moment de la guerre de Suez, l’opération tripartite menée par la France, La Grande-Bretagne et Israël contre l’Egypte, à la suite de la nationalisation du canal de Suez par Nasser.

Rompu aux contacts avec l’armée israélienne et aux industries françaises d’armement, il supervise la logistique et la maintenance des escadrilles des Fouga Magister vendues par la France à Israël. Il se lie d’amitié alors avec Shimon Pérès, chef de la mission d’achat israélienne à Paris, discret maître d’œuvre de l’édification du site nucléaire de Dimona. Se développe alors une carrière de haute voltige dans le monde des affaires: assistance logistique à la base américaine de Mekhnès (Maroc), administrateur de la société Japy à Montbéliard (France), à l’instigation de la Banque Worms, ralliement à la société suédoise Wallenberg (climatisation), avant de prendre, à 34 ans, la tête du «centre des jeunes patrons», frange rebelle du patronat français. En 1981, le «péril rouge» en France avec l’arrivée de la coalition socialo communiste au pouvoir provoque un exode des capitaux vers la Suisse et les Etats-Unis.
Gabriel Banon émigre vers New York où il s’occupera pendant sept ans de la gestion des portefeuilles des capitaux français en errance. Après le crash boursier de 1989, il retourne en France, à Nice, pour une courte escale avant de reprendre du service en 1990.

Dans la foulée de l’effondrement du bloc soviétique, il lance un fonds de placement «Invest» en direction de l’Europe orientale avec le concours de son ami Yuri Rubinsky, lequel, par un curieux hasard, avait été en poste pendant 20 ans à Paris, en tant que premier secrétaire de l’ambassade soviétique. Nul ne s’est jamais hasardé à expliquer l’exceptionnel concours de circonstances à l’origine de la jonction Rubinsky Banon, ni non plus celui qui sera à l’origine de la rencontre avec Yasser Arafat.

L’été 1994, alors qu’il passait ses vacances en Tunisie avec son gendre, à l’époque conseiller diplomatique du Maire de Pais, Jacques Chirac, l’homme aux multiples activités fait connaissance, selon la version la plus répandue, avec une mystérieuse personnalité arabe qui le présente au dirigeant palestinien. Cette rencontre météorique le place sur orbite.

Quatre mois plus tard, en décembre 1994, Gabriel Banon est officiellement présenté par le dirigeant palestinien à l’opinion publique comme son conseiller économique et financier, sans que nul n’ait jamais su l’élément déterminant dans cet engouement. Sans doute le zèle du pouvoir tunisien dont Yasser Arafat en été l’hôte obligé.

Surgi de l’ombre pour être propulsé à un poste surexposé au moment où la jeune entité palestinienne était à la quête de l’aide internationale promise, M. Banon, discret et secret, tissera inlassablement sa toile depuis son bureau parisien pour devenir l’homme incontournable des transactions économiques sur la Palestine. Au grand désappointement des jeunes entrepreneurs palestiniens, mais aussi des grandes firmes multinationales.

Privilège rarissime, M. Banon rendra compte en tête à tête à M. Arafat de ses contacts, sans fouille. Un privilège jugé exorbitant qui donne lieu à d’autres motifs de grincements de dents chez les jeunes nationalistes palestiniens.

Passage obligé pour toutes les transactions en relation avec la reconstruction de la Palestine, l’homme suscite des sentiments mitigés, en tout cas franchement hostiles de la part du géant américain ATT, écarté du marché palestinien pour avoir ignoré «Monsieur le conseiller». Econduit au profit de son rival ITT, ATT a déclenché une violente campagne anti-Banon, relayée par le «Wall Street journal», l’influent journal des milieux d’affaires américains, à deux doigts de clouer au pilori cet homme, qui de par ses alliances et sa descendance constitue «une mosaïque de la synthèse de la complexité du jeu moyen-oriental». M. Banon ambitionnait, il est vrai, de passer à la postérité pour un des artisans de la reconstruction de la Palestine après avoir été un des artisans de l’effort de guerre israélien. Dans cette sphère de la planète en ébullition constante, l’homme pensait pouvoir concilier son cheminement contradictoire par une résilience salvatrice.

Matière stratégique de premier plan à l’aube d’un siècle annoncé comme le siècle de l’information, les télécommunications constituent un des principaux terrains de la compétition internationale contemporaine, un des principaux champs d’investissement et un des principaux gisements d’emploi du 21 me siècle. Domaine d’avenir, la communication a été un domaine de rêve les grands requins de la finance. La jonction Rafic Hariri-Banon aura été assurée tout naturellement par l’entremise du marché palestinien des télécommunications que le beau père du conseiller diplomatique du président Chirac venait d’emporter pour le compte du géant ITT, mais dont le gendre du premier ministre libanais, Nizar Dalloul, en était l’agent régional pour le Moyen-Orient.

Grâce à ses mousquetaires, ITT avait obtenu, en effet, une exclusivité de 25 ans sur le marché palestinien dans la totalité des phases de sa réalisation: installation du réseau, équipement des centraux, exploitation de la téléphonie fixe et mobile Gaza et en Cisjordanie. Ce fabuleux marché était assortie toutefois d’une clause de confidentialité, sans doute en raison de la combinaison explosive des démarcheurs et de leurs ramification, une association hétéroclite qui mettra en scène, sous la houlette libanaise, d’anciens ennemis reconvertis aux affaires, réconciliés en affaires notamment Pierre Rizk, ancien responsable des services de renseignements des Forces Libanaises, Soha Tawil, la propre épouse du chef palestinien Yasser Arafat, ainsi que Gabriel Banon, beau-père de Pierre Lellouche, l’ancien conseiller diplomatique du président français Jacques Chirac. De par son enchevêtrement, le système des télécommunications au Proche orient constituait un réseau dans toute l’acceptation du terme.

La cohorte des «pervers polymorphes»

Vingt ans de plongée sous marine et de navigation dans le monde interlope des affaires auront raison de sa lucidité, et les premières révolutions démocratiques du XXIème siècle, de sa pertinence, révélant par la même sa nature souterraine.

Douchant l’enthousiasme de la multitude des sympathisants du «printemps arabe», l’homme n’aura de cesse de mettre en garde contre le péril islamiste que fait peser sur la transformation démocratique du Monde arabe les soulèvements populaires en Tunisie et en Egypte, se faisant épingler en direct, depuis le Caire, sur les écrans de la télévision française, par l’intellectuel égyptien Ala’a Al Aswani, l’inoubliable auteur de «l’Immeuble Yacoubian» sur les tares de la société égyptienne, qui le traitera tout bonnement de «raciste».

Pierre Lellouche se trouvait, il est vrai, aux premières loges du mémorable voyage de Nicolas Sarkozy à Tunis en avril 2008, en compagnie de Daniela Lambroso, Rama Yade et le Rabbin Joe Sitruk, pour applaudir le président français préconiser une coopération transméditerranéenne par la conjugaison de l’intelligence française et la main d’œuvre arabe, dans la pure tradition des poncifs coloniaux sur la division raciale du travail (3)

Pierre Lellouche, comme Bernard Henry Levy, Alain Finkielkraut, André Glucksmann, Romain Goupil, Jean Pierre el Kabbache, Ruth El Krief, Elizabeth Levy, Philippe Val et l’inoubliable Yves Calvi (4) appartiennent à l’escouade des chevaux légers du judaïsme institutionnel français, agglutinés autour de leur figure de proue Alexandre Adler, l’intellectuel évolutif médiatique et sa cohorte de «pervers polymorphes» (5), fer de lance des équipées atlantistes contre le Monde arabo-islamique, contre l’Irak, hier, l’Iran et la Syrie, aujourd’hui, le Pakistan, demain, qui s’imaginent pouvoir enfumer l’opinion publique par un soutien médiatique à l’Islam périphérique (Darfour, Kurdistan, Tchétchénie, Ouïgours) afin de masquer leur hostilité résolue au Monde arabe, cœur historique de l’Islam, particulièrement la Palestine, la ligne de fracture majeure entre le Monde arabe et le Monde occidental, au-delà, entre L’Islam et l’Occident.

Les stigmates de la conscience ressurgissent toujours aux grands moments de l’Histoire et Pierre Lellouche a failli à cette épreuve de vérité, épreuve cruciale s’il en est en ce qu’elle constitue l’épreuve de sa vie.

Notes

1- Pour en savoir plus sur Malek Khadraoui
http://www.liberation.fr/monde/01012320930-droit-dans-son-blog

2-Who Paid the Piper: CIA and the Cultural Cold War by Frances Stonor Saunders – The New press 2000. La version française “Qui mène la danse ? La CIA et la guerre froide culturelle, Paris, Denoël, 2003.

3- La Tunisie est une terre d’élection de l’industrie européenne, qui y sous-traite de nombreuses activités. Les industries mécaniques et électroniques viennent au premier rang, suivies par l’industrie du textile et de l’habillement, qui emploie 200 000 ouvriers et ouvrières, et exporte 97% de sa production vers l’Union européenne. Le secteur du textile habillement compte plus de 2000 entreprises et emploie près de 200.000 personnes. La Tunisie est classée parmi les cinq premiers fournisseurs de l’UE en produits d’habillement, elle se place derrière la Chine, la Turquie, le Bangladesh et l’Inde.
Par ailleurs La Tunisie attire 1,4 million de vacanciers français (sur 6 millions de touristes en moyenne) par an. Le secteur touristique, premier pourvoyeur de devises, représente 6,5% du PIB du pays et emploie plus de 350.000 personnes sur dix millions d’habitants. Au-delà du seul secteur touristique, quelque 1.250 filiales d’entreprises françaises sont physiquement présentes en Tunisie, employant plus de 110.000 personnes.

Pour aller plus loin sur la problématique de l’Union pour la Méditerranée
http://www.renenaba.com/union-pour-la-mediterranee

4-Libération 14/02/2011 « les caches joie» de la Révolution égyptienne par Daniel Schneidermann: «Au palmarès de ces réjouis-bien-entendu-mais-sous-condition, il faut faire une place de choix à Yves Calvi. L’autre soir, Calvi consacrait son émission (Mots croisés, France 2) à l’Egypte. Et il faut au moins reconnaître à l’animateur le mérite de la franchise: tout le premier quart d’heure fut consacré, avec ses variantes, à une question unique, exposée dès les premières secondes: «La démocratie fait-elle aussi le jeu des barbus ?» Dès le début:«Pierre Lellouche, ma première question est très simple. Doit-on avoir peur des Frères musulmans qui négocient la transition ?» Au même, qui ne répondait pas assez vite: «Le fait que vous ne répondiez pas, vous qui n’avez pas l’habitude de la langue de bois, me fait penser que vous êtes inquiet. Mais peut-être que vous ne pouvez pas l’exprimer ?» Dans le mille ! A coup sûr, les Frères musulmans étaient si terrorisants que le ministre français n’était pas libre de sa parole. Un peu plus tard: «Hubert Védrine, concrètement, les Frères musulmans au pouvoir, est-ce que c’est inéluctable ?» Au prince Moulay Hicham, troisième dans l’ordre de succession au trône du Maroc (et chercheur): «Au moins en Europe et en partie en Occident, ceux qui pourraient accéder au pouvoir inquiètent et font peur parce qu’on les prend pour des intégristes islamistes. Qu’est-ce que vous avez à nous dire sur cette question ?» Au même: «Vous nous dites qu’il ne faut pas qu’on se focalise aujourd’hui sur l’islamisme radical ?» A un expert: «Est-ce que l’objectif des Frères musulmans est l’instauration de la charia dans un pays comme l’Egypte ?». A Alain Finkielkraut, présent sur le plateau, et prototype des «enthousiastes mais»: «Alain Finkielkraut, je vous pose la question: est-ce que vous, vous craignez par exemple un scénario à l’iranienne ?» A Alaa el-Aswany, écrivain égyptien, en duplex du Caire: «Ma première question est la suivante : les Frères musulmans ont négocié avec le vice-président Souleiman. Est-ce que ça vous effraie ou au contraire est-ce une bonne chose ?» L’interrompant: «Pardonnez-moi, j’insiste, est-ce qu’ils vont la récupérer ?»

5-«Pervers Polymorphes»: L’expression a été utilisée par Alexandre Adler pour designer Mohamad al Baradéi, ancien directeur de l’Agence atomique de Vienne, Prix Nobel de la Paix, opposant notoire à l’ancien président égyptien Hosni Moubarak, à qui il reprochait son manque de fermeté face à l’Iran, dans le contentieux nucléaire iranien.
Avec, en prime, l’anthologie des perles d’Alexandre ADLER: « Non, à tout prendre, je préfère que les Frères musulmans soient cooptés par les militaires égyptiens qui gardent l’essentiel du pouvoir plutôt que de les voir gagner des élections libres, instituant un Tariq Ramadan comme ministre de la Culture. Je soutiens donc le maintien des dictatures les plus éclairées possibles – voire pas éclairées du tout – en Egypte et en Arabie saoudite plutôt que l’application, dans ces régions du monde, des principes démocratiques qui, dans l’immédiat, ne seraient que porteurs de désordres et de violences. » Alexandre Adler, Le Figaro, 6 septembre 2004.

http://www.acrimed.org/rubrique296.html
http://www.monde-diplomatique.fr/2005/06/REYMOND/12563
http://socio13.wordpress.com/2009/01/09/alexandre-adler-espece-de-con/
http://www.communautarisme.net/Les-traitres-juifs-d-Alexandre-Adler_a108.html

5 comments

Bien vu Rene Naba !

Ces reseaux issus de Sykes Picot… de la France-Israel sont les reseaux que les peuples arabes doivent neutraliser pour recouvrer leur totale liberte dans l’ancen empire colonial qui n’a d’ancen que le nom, la France-Afrique par exemple existe bel et bien et le Gabon ne suffira pas a finnacer les elections de 2012… y aura-t-il des elections en 2012 Rene Naba, si le maghreb recouvre sa liberte et le sahel en fait de meme, l’argent arretera de renflouer les partis politiques francais et le cas Hariri est un cas d’ecole… le Liban et la Syrie, Jordanie en sont de meme mais je ne rien vous apprendre !

Must’amar Al Qaeddafi travailla pour es reseaux des le debut, c’est connu… nos grand parent et parents nous l’ont appris egalement… ces reseaux doivent cesser de fonctionner… ce qui mettra nos roacistes locaux dans des postures ouvertements colonialistes, fascistes et racistes, comme on le voit ce jour !

Hayak Allah akhi

C’est un papier très intéressant (comme toujours) car il met en miroir Lellouche et son beau père.Mais ni l’un ni l’autre n’ont aujourd’hui de l’influence. Lellouche est un sioniste UMP plutôt isolé par les siens que je tolère mieux que de nombreux sionistes du PS. Peut-être à cause de sa naissance en Tunisie. Contrairement à bien d’autres et à ma connaissance, il n’a pas fricoté avec Ben Ali. Rien à voir avec Fréderic Mitterand le tunisien soit disant malgré lui. L’Elysée se sert de Lellouche pour rallier la communauté sépharade tunisienne dont une bonne partie penche plutôt à gauche. Il a hérité d’un sous-maroquin alors qu’il rève de la Défense (peut-être dans un gouvernement d’ouverture avec DSK à l’Elysée !)
Sur un autre sujet: le vent de sable- Khamsin- qui emporte les dictateurs arabes me fait penser au Japon. Mais à l’inverse de la centrale nucléaire nippone, tant que le coeur wahhabite n’entrera pas en fusion avant de disparaitre, la libération ne sera pas complète.
Bon week end. Hédi

Bonjour René Naba,
il est inadmissible que la soirée sur la Palestine du 12 février à Lyon ait été interdite et que la conférence à laquelle participent le journaliste sioniste du Figaro Alexandre Adler et l’ancien chef du Mossad Ephraïm Halevy le mardi 3 mai au théâtre Adyar à Paris soit autorisée.

Bonjour
Je viens de découvrir ce génie de René Naba
bravo à vous et je serai , sans doute , une fidèle , et j’ai commencé par le partage de vos articles fort frappants sur mes réseaux sociaux
continuez continuez continuez
Cordialement

M.Naba,

Votre article est, une fois de plus, excellent. On en apprend beaucoup.

Vous voudriez cependant bien corriger ce -h enchassé entre le -k et ne -n de Meknès.

Bien à vous.

Laisser un commentaire

*