Binationaux ou double allégeance ?

By , in Editorial France on .

Claude Goasguen doit balayer devant sa porte avant de nous donner une leçon de patriotisme.

Un bouleversement de la configuration géostratégique mondiale s’opère sous nous yeux et que fait la France pendant ce temps?

Elle mène un combat d’arrière garde contre ses anciens combattants.

Rôle positif de la colonisation, uniquement la colonisation et non du colonisé, Identité nationale, binationaux, tous les thèmes de la stigmatisation défilent et s’accélèrent même à l’approche des élections présidentielles.

Binationaux justement. Claude Goasguen, ce n’est pas un hasard, propose de constituer un registre des bi nationaux et de limiter la bi nationalité.

Vous avez bien entendu: Claude Goasguen, ce député maire UMP, dont un portrait de Gilad Shalit orne la façade de sa mairie du XVI me arrondissement de Paris.

Gilad Shalit, un bi national, comme de juste, ce fameux soldat israélien capturé par les Palestiniens à Gaza, qui s’est souvenu de sa nationalité française au moment de sa capture.

Au nom duquel les Israéliens ont pris prétexte pour lancer une guerre de destruction de Gaza, et pour lequel les Français, le tandem Sarkozy Kouchner, ont entrepris de faire le blocus de l’enclave, avec la complicité de Moubarak.

Il en est de Gilad Shalit comme d’Arno Klarsfeld, ce réserviste de l’armée israélienne, nommé conseiller du ministre de l’intérieur Sarkozy, en pleine guerre de destruction israélienne du Liban, en juillet 2006, puis du premier ministre François Fillon.

Comme si le service dans l’armée israélienne constituait le meilleur tremplin à des postes politiques ou administratifs.

Les binationaux sont une richesse. La double allégeance, c’est pervers.

Claude Goasguen et ses amis devraient balayer devant leur porte avant de nous donner des leçons de patriotisme.

http://www.oummatv.tv/Binationaux-ou-double-allegeance